BFM Business

Crise des carburants: les petites stations-service à la peine

À l’heure où les stations-service des supermarchés proposent le carburant à prix coûtant pour séduire des automobilistes en colère contre la hausse des prix de l’essence et du diesel, les petites stations indépendantes sont prises en étau.

La grogne des automobilistes contre la hausse du prix de l’essence et du diesel ne faiblit pas. En réaction, les stations-service des supermarchés multiplient les opérations "carburant à prix coûtant". Mais les petites stations indépendantes, elles, ne peuvent pas s’aligner. Avec des prix au litre plus élevés d’environ 10 centimes par rapport aux prix pratiqués par les distributeurs, elles se retrouvent désertées.

"J’ai beau être propriétaire, le carburant ne m’appartient pas, c’est Total qui m’impose les prix affichés", explique Sébastien Petitpas, propriétaire exploitant de station-service, interviewé ce lundi sur BFMTV. Sa marge n’excède pas les 3 centimes d’euros, affirme le gérant. "Si je baissais le prix de trois centimes, ce ne serait plus rentable pour moi, et je ne serais toujours pas concurrentiel par rapport aux supermarchés", poursuit-il.

Sébastien Petitpas a constaté une baisse de fréquentation de ses pompes de l’ordre de 10% depuis le 1er novembre et le lancement de la première opération à prix coûtant. Aujourd’hui, le gérant de la station-service dit ne pas parvenir à gagner de l’argent que grâce à sa diversification: la vente de bouteilles de gaz et la station de lavage.

Ashley Chevalier, édité par N.G.