BFM Business

Le déficit budgétaire se réduit... grâce à des effets de calendrier

Les recettes de l'État ont augmenté grâce à des encaissements ponctuels et spécifiques au cours des cinq premiers mois de 2018, ce qui a permis de réduire le déficit budgétaire de 11,3 milliards d'euros comparé à la même période en 2017.

Le déficit budgétaire français s'est réduit de 11,3 milliards d'euros durant les cinq premiers mois de l'année pour atteindre 55,1 milliards d'euros contre 66,4 milliards d'euros un an plus tôt, a annoncé mardi le ministère des Finances.

Cette dynamique s'explique essentiellement par des "effets calendaires", précise le ministère dans un communiqué. Les "dépenses du budget général" sont en très légère hausse à 143 milliards d'euros contre 142,6 milliards d'euros un an plus tôt. Les prélèvements sur recettes s'établissent au 31 mai à 21,8 milliards, trois milliards de moins que fin mai 2017.

Les recettes sont quant à elles en augmentation, à 132,6 milliards d'euros contre 127,8 milliards il y a un an, grâce notamment à une hausse de 3,2 milliards d'euros des recettes fiscales.

Encaissement de dividendes

Cette dynamique est portée "par le contexte économique" plus favorable mais aussi "par l'évolution des restitutions d'impôts sur les sociétés dont le rythme peut fortement varier d'une année sur l'autre, en fonction du délai de traitement des dossiers par les services fiscaux".

Les recettes non fiscales sont en hausse de 2,1 milliards d'euros grâce à "l'encaissement du dividende versé par la Banque de France qui était intervenu en août l'an dernier". Le solde des "comptes spéciaux", utilisés pour des opérations ponctuelles et spécifiques comme la vente d'actions publiques, s'est pour sa part établi à -22,9 milliards d'euros, contre -27 milliards un an plus tôt.

Cette amélioration est principalement portée "par un décalage calendaire sur les avances à l'Agence de services et de paiement pour la gestion des aides communautaires", souligne le ministère. En 2017, le déficit du budget de l'État s'est réduit de 1,5 milliard d'euros par rapport à 2016 pour atteindre 67,8 milliards d'euros. Il s'agit du plus bas niveau de déficit atteint par l'État depuis 2008.

N.G. avec AFP