BFM Business

Congrès des régions: malgré les promesses de Philippe, les présidents se retirent

-

- - Guillaume Souvant - AFP

Il n'y aura "pas de baisse nette des ressources" des régions en 2018, a déclaré le Premier ministre Édouard Philippe ce jeudi. Ce qui n'a pas empêché les présidents de régions de quitter la conférence des territoires un peu plus tard.

Les régions ne connaîtront "pas de baisse nette de leurs ressources en 2018", a assuré le Premier ministre, Édouard Philippe, tout en confirmant les mesures d'économies annoncées dans le projet de budget, en ouverture du congrès des régions jeudi à Orléans.

Un moment plus tard, les présidents de régions réunis en congrès à Orléans ont annoncé que les régions se retiraient de la Conférence des territoires instaurée par l'exécutif pour protester contre la baisse de crédits décidée par le gouvernement. Les élus réagissaient à la confirmation par le Premier ministre, Edouard Philippe, d'une baisse de 450 millions d'euros de crédits pour 2018, en ouverture des débats. La conférence des territoires doit se réunir à nouveau en décembre.

"Nous ne pourrions plus accompagner les entreprises"

"Nous avons décidé de ne pas intégrer le fonds exceptionnel de 450 millions d'euros dans le montant de la TVA qui vous sera alloué", a répondu le Premier ministre, insistant au contraire sur le respect par le gouvernement des engagements de l'État. Il s'agissait d'"un fonds exceptionnel qui par nature n'avait pas vocation à devenir pérenne", a-t-il notamment fait valoir.

Le chef du gouvernement a en revanche confirmé qu'"en 2018 la dotation globale de fonctionnement (DGF) des régions sera bien transformée en une fraction de TVA", offrant ainsi aux régions une ressource fiscale liée à l'activité économique et non aux décisions budgétaires de l'exécutif.

"Nous ne pouvons pas accepter la suppression de 450 millions d'euros. Cela veut dire que demain nous ne pourrions plus accompagner les entreprises", avait fait valoir le président de Régions de France, Philippe Richert (LR) en ouvrant les débats.

N.G. avec AFP