BFM Business

Bruxelles voit le déficit s'aggraver en France

La Commission européenne a livré ses prévisisons économiques pour 2014 et 2015.

La Commission européenne a livré ses prévisisons économiques pour 2014 et 2015. - -

La Commission européenne a publié, ce mardi 25 février, ses prévisions économiques hivernales pour les pays de l'Union. Si elle est confiante pour la reprise en France et voit le chômage se stabiliser, elle prévoit un lourd dérapage du déficit public en 2014 et 2015.

Ce mardi 25 février, Bruxelles a livré ses prévisions économiques pour l'ensemble des 28 pays de l'Union.

Concernant la France, si l'exécutif européen fait preuve d'optimisme concernant l'activité, relevant sa prévision de croissance pour 2014 de 0,9 à 1%, soit 0,1% de plus que le gouvernement, elle dresse des prévisions sur le déficit qui sont à rebours de celle de Paris.

Que ce soit sur 2013, 2014, ou 2015, la Commission a revu à la hausse ses estimations. Pour l'année dernière, elle table ainsi sur un chiffre de 4,2%, soit 0,1% de plus que le prévoyait le collectif budgétaire de fin 2013. Il est vrai qu'en janvier, Bercy avait annoncé un déficit public de 74,9 milliards pour 2013, qui marquait un dérapage plus lourd que prévu de 2 milliards d'euros, en raison de la faiblesse des recettes fiscales.

Effets positifs du pacte de responsabilité

Le problème avec le déficit est qu'il génère un effet boule de neige. Ainsi, si le chiffre de 2013 est plus fort, il entraîne dans son sillage ceux de 2014 et 2015, la Commission tablant respectivement sur 4% et 3,9% de déficit pour ces deux années. Un fossé sépare ces estimations des objectifs gouvernementaux qui restent à 3,6% pour 2014 et 2,8% pour 2015.

Pire, le déficit structurel, un solde budgétaire sur lequel le gouvernement a souligné les efforts accomplis, devrait gonfler, selon la Commission qui le voit passer de 2,8% en 2013 à 2,3% en 2014 pour ensuite remonter à 2,7%.

Au chapitre des bonnes nouvelles Bruxelles note qu'en 2014, la pression fiscale c’est-à-dire le niveau des prélèvements obligatoires, ne va pas augmenter, stagnant à 46% du PIB. Elle indique également que le pacte de responsabilité pourrait "améliorer le climat des affaires, avec un impact positif sur l'investissement". Mais elle n'a toutefois pas pris en compte ces effets dans ses prévisions en raison du flou entourant les détails du dispositif.

Stagnation du chômage

De même, elle voit d'un côté la confiance des ménages refluer et de l'autre le rebond de l'investissement se poursuivre.

Concernant le chômage, la Commission européenne table sur une légère hausse plutôt que sur une inversion. De 10,8% en 2013, elle voit le chiffre passer à 11% en 2014 et 2015. Ces chiffres ont été légèrement revus à la baisse, la Commission tablant auparavant sur respectivement 11,2% et 11,3%.

Le Royaume-Uni champion de la croissance

Pour la zone euro dans son ensemble, Bruxelles voit une réelle éclaircie, avec une croissance de 1,2% pour 2014 et 1,8% en 2015. De même, le chômage devrait enfin refluer avec 12% en 2014 et 11,7% en 2015. Par ailleurs, alors que l'inflation reste actuellement à un niveau très bas, Bruxelles ne croit pas au scénario d'une baisse des prix, tablant sur des chiffres de 1% pour 2014 et 1,4% pour 2015.

La Commission européenne souligne la performance allemande, voyant sa croissance accélérer à 1,8% en 2014 (plus de double de la France) puis à 2% en 2015. Dans le même temps le chômage baisserait légèrement et le déficit se maintiendrait à 0%, selon ses projections.

Néanmoins, le véritable champion resterait le Royaume-Uni avec une croissance de 2,5% l'année prochaine, un chômage qui baisserait jusqu'à 6,5% de la population active, et un déficit qui passerait de 6,3% en 2013 à 4,2% en 2015.

Enfin, la troisième économie de la zone euro, l'Italie, verrait elle sa croissance se redresser à un rythme plus lent (+0,6% en 2014 et 1,2% en 2015) et le chômage resterait au-dessus des 12% (12,4% en 2015). La bonne nouvelle est que la Commission voit le stock de dette, lourd fardeau que porte le pays, diminuer à partir de 2015.

Julien Marion