BFM Business

Ayrault: "l'écotaxe reviendra s'il y a un consensus"

Jean-Marc Ayrault a la volonté de calmer les esprits, en renvoyant l'écotaxe aux travaux de l'Assemblée nationale.

Jean-Marc Ayrault a la volonté de calmer les esprits, en renvoyant l'écotaxe aux travaux de l'Assemblée nationale. - -

Le Premier ministre a assuré, ce vendredi 13 décembre, que la taxe controversée sur les poids lourds ne serait appliquée qu'après une concertation de la représentation nationale.

Quelques heures avant de parapher le fameux "pacte d'avenir" pour la Bretagne, vendredi 13 décembre, Jean-Marc Ayrault a voulu temporiser sur le sujet ultrasensible de l'écotaxe.

"L'écotaxe reviendra s'il y a un consensus", a ainsi déclaré le Premier ministre, au micro de France Bleu Armorique.

"C'est pourquoi j'ai proposé que l'Assemblée nationale, qui l'avait votée à l'unanimité, s'en saisisse pour en faire l'évaluation, trouve les solutions", a-t-il ajouté.

L'écotaxe au "point mort"

La mise en oeuvre de cette taxe sur les camions de plus de 3,5 tonnes, censée financer des infrastructures plus respectueuses de l'environnement et initialement prévue pour le 1er janvier 2014, a été suspendue par le gouvernement en raison de sa contestation.

Le calendrier de la réforme de l'écotaxe n'est cependant pas arrêté, dans l'attente des résultats des travaux de la mission parlementaire qui travaillera sur ce sujet.

"Cherchons ensemble la voie qui permettra d'investir dans les infrastructures de transport ferroviaires et routières", a poursuivi le chef du gouvernement, rappelant que l'écotaxe était un moyen de taxer les poids lourds européens qui traversent la France.

Y. D. avec Reuters