BFM Business

Espagne, Grèce : regain de tensions sur les marchés européens

La zone euro recommence à inquiéter les marchés en cette fin septembre

La zone euro recommence à inquiéter les marchés en cette fin septembre - -

L'accalmie est visiblement terminée en Europe. Athènes et Madrid sont à nouveau dans la tourmente financière et sociale en cette fin du mois de septembre. La confiance des investisseurs dans la zone euro semble s'émousser.

Dans le sillage des marchés américains et asiatiques, les Bourses européennes sont reparties à la baisse ce 26 septembre. Le retour d’un climat de défiance généralisé.

L'environnement est clairement en train de changer. L'Espagne est à nouveau sous pression. La récession se poursuit, la Bourse de Madrid perd près de 3% à la mi-journée, et son rendement à 10 ans est repassé au-dessus des 6%. Le Premier ministre Mariano Rajoy assure mercredi qu’il demandera de l’aide si les taux d’emprunt du pays restent élevés, mais il tarde à le faire, malgré les difficultés rencontrées par ses régions.

Crise politique en Catalogne

L'Andalousie s'apprêterait encore à réclamer une aide de 5 milliards d'euros. Le tout sur fond de crise politique. La Catalogne, qui est elle aussi confrontée à d'importantes difficultés financières, a décidé de convoquer des élections régionales anticipées, le 25 novembre prochain.

Autre source d'inquiétude : la Grèce, qui fait à nouveau parler d'elle. Athènes aurait besoin de 30 milliards d'euros supplémentaires, ce qui implique de nouvelles mesures de rigueur pour satisfaire les bailleurs de fonds du pays.

Des dizaines de milliers de Grecs dans les rues

En attendant, des dizaines de milliers d’Espagnols et de Grecs manifestent ce mercredi pour protester contre l’austérité. Des heurts avec la police ont eu lieu à Madrid, et il est à craindre que le mouvement dégénère en Grèce, comme lors des deux précédentes journées de mobilisation.

Enfin, plusieurs indicateurs économiques sont venus noircir encore un peu plus le tableau. En Allemagne notamment, l'indice du climat d'affaires est retombé à son plus bas niveau depuis deux ans et demi. Preuve que le bon élève de la zone euro commence également à souffrir de la crise.

Dans ce contexte, les investisseurs s'impatientent, et l’enthousiasme consécutif à l'action des Banques centrales européennes commencent déjà à s'essouffler.

Caroline Morisseau et BFMbusiness.com