BFM Business

Classement de Shanghai: l'entrée en fanfare de l'université Paris-Saclay

Le cluster, officiellement créé en novembre 2019, a pris la première place du fameux classement de Shanghai dans le domaine des mathématiques. D'autres établissement français parviennent aussi à se démarquer.

Cocorico! Paris Saclay bat Princeton, la prestigieuse université américaine. La nouvelle université française, officiellement créée en novembre dernier, remporte ainsi la palme en mathématiques, dans le nouveau classement thématique de Shanghai. Une consécration pour ce pôle de recherche de grande ampleur voulu de longue date par l'Etat, notamment pour concurrencer les poids lourds américains.

Car ce cluster qui réunit Polytechnique, l'Ecole Normale Supérieure ou encore le CNRS, ce "Cambridge" à la française, a accouché dans la douleur et a dû faire face à bien des difficultés, à commencer par les différences de culture entre les grandes écoles et les universités réunies en son sein.

34 établissements français dans le classement

Outre Saclay, cette année, 33 autres établissements français figurent dans ces 54 classements, regroupés par thématiques. En mathématiques, la Sorbonne se classe d'ailleurs en troisième position, juste derrière Princeton tandis que PSL (Paris sciences et lettres) prend la dixième place.

De la même façon, l'université de Montpellier se place en deuxième position mondiale en matière d'écologie et la Sorbonne, troisième en océanographie. "L'université Paris-Saclay est ainsi classée parmi les 100 meilleures universités mondiales dans 25 thématiques. Sorbonne Université est classée 21 fois, l'Université Grenoble Alpes 17 fois, Paris Sciences et Lettres 13 fois et l'Université de Paris 9 fois" résume le ministère de l'Enseignement supérieur.

"C'est vraiment un très grande fierté" commente la ministre de l'Enseignement supérieur, Frédérique Vidal, sur le plateau de Good Morning Business, ce vendredi. "Enfin, nos établissements sont reconnus à leur juste mesure."

La France encore largement distancée 

Ce classement de Shanghai permet d'ailleurs au ministère de justifier et de souligner la réussite de sa nouvelle politique de regroupement. Et le potentiel scientifique des établissements expérimentaux est "enfin" reconnu au niveau international.

Mais ces bons résultats ne doivent pas cacher la forêt : dans l'écrasante majorité des classements, ce sont bien les Américains et les Chinois qui se taillent la part du lion, trustant la plupart des top 10. Le classement des 1000 meilleures universités du monde (dont l'édition 2020 n'a pas encore été révélée) laisse aussi peu de place à la France : l'université Paris-Sud, première sur le plan national, n'arrive qu'en 37ème position mondiale, loin derrière Harvard, Stanford ou Cambridge…

Alexandra Paget, avec Thomas Leroy