BFM Business

Chômage : Michel Sapin veut rééquilibrer le système

Michel Sapin prévient ce mercredi que le système d'indemnisation chômage devrait être réformé dans les mois à venir

Michel Sapin prévient ce mercredi que le système d'indemnisation chômage devrait être réformé dans les mois à venir - -

Le ministre du Travail, qui s’exprimait mercredi 23 janvier sur RTL, a annoncé que le gouvernement envisageait des mesures pour rationaliser les indemnisations chômage, sans préciser lesquelles.

Le gouvernement prendra bel et bien des mesures pour tenter de rééquilibrer le système d'indemnisation du chômage en France. C’est en tout cas ce qu’a affirmé Michel Sapin ce mercredi 23 janvier sur RTL.

Il réagissait au rapport sur les politiques de l'emploi remis mardi par la Cour des comptes. Les Sages de la rue Cambon estiment que le système est "au bord de l’asphyxie". Pour eux, son financement apparaît "difficilement soutenable", avec un déficit cumulé prévu de 18,6 milliards en fin d'année. Ils prônent notamment une baisse des indemnités chômage des cadres.

Les partenaires sociaux chargés de trouver des solutions

Sans rentrer dans les détails, le ministre du Travail a évoqué la nécessité de "prendre des mesures" pour lutter contre le déficit de l’assurance chômage. Il n’a pas confirmé d’éventuelles baisses des indemnisations mais a indiqué qu’il fallait revoir "l'ensemble des paramètres".

Une tâche qui reviendra à priori aux partenaires sociaux, "seuls gestionnaires du dispositif" selon le ministre, qui devront "d'ici à la fin de l'année, mener des négociations pour trouver des solutions qui permettent de revenir à un déficit raisonnable en période de chômage", a-t-il poursuivi.

Michel Sapin a toutefois rappelé que la conjoncture était pour beaucoup dans ce problème de financement : "qu'un système d'indemnisation chômage soit déficitaire dans une période de gros chômage, c'est la nature des choses", a-t-il souligné.

Le ministre en a d'ailleurs profité pour se féliciter de l'accord sur l'emploi conclu entre le patronat et les syndicats le 11 janvier. Il l'a qualifié de "pas immense", qui donnerait aux entreprises "les instruments pour anticiper l'avenir" et la possibilité de "s'adapter sans licencier".

BFMbusiness.com et avec agences