BFM Business

Chômage: Ayrault s'en remet au Pacte de responsabilité, Sapin donne rendez-vous fin 2014

Jean-Marc Ayrault appelle à mettre en place au plus vite le Pacte de responsabilité.

Jean-Marc Ayrault appelle à mettre en place au plus vite le Pacte de responsabilité. - -

Après la publication de mauvais chiffres du chômage ce 26 février, le Premier ministre a estimé que le Pacte de responsabilité est la clé pour faire reculer le chômage. Contrairement à Michel Sapin, il n'a pas daté ce retournement.

Le gouvernement fait le service après-vente. Après la publication du nombre de demandeurs d'emploi en janvier, en hausse de 0,3% par rapport à décembre, le Premier ministre a appelé à la mobilisation de tous autour du Pacte de responsabilité.

Ce dispositif "proposé par le président de la République doit être mis en œuvre le plus tôt possible. C'est la clé qui nous permettra de faire reculer durablement le chômage", a déclaré Jean-Marc Ayrault ce 26 février sur BFMTV.

Pour y parvenir, il appelle, outre l'Etat et les partenaires sociaux, "les entreprises, les salariés et les territoires" à se mettre au travail pour appliquer le Pacte de responsabilité le plus rapidement possible.

Quant à une éventuelle date de retournement de la courbe du chômage, le chef du gouvernement a en botté en touche. "L'inversion ne se joue pas sur un mois, mais durablement", a-t-il indiqué.

Moins de jeunes au chômage

Son ministre du Travail, lui, a été moins prudent, fixant la nouvelle échéance à fin-2014. "Toute la politique gouvernementale est axée sur un objectif simple et compréhensible pour tous, à la fin de l'année il faudra qu'il y ait moins de chômeurs", "c'est l'objectif que nous nous sommes fixé", a déclaré Michel Sapin lors de l'émission Questions d'Info (LCP/AFP/France Info/Le Monde).

L'inversion de la courbe devra cette fois être "pour tous les chômeurs à l'image de ce que nous avons fait en 2013 pour les jeunes", a poursuivi le ministre "car aujourd'hui il y a moins de jeunes au chômage qu'il n'y en avait l'année dernière".

Centrer les efforts sur les seniors

Pour y parvenir, le gouvernement entend "centrer une partie des efforts" sur les seniors, a indiqué Michel Sapin. C'est en effet cette catégorie qui a tiré à la hausse le nombre de chômeurs en janvier: les effectifs de demandeurs d'emplois de plus de cinquante ans ont augmenté de 11,4% sur un an.

A propos des chiffres décevants parus ce mercredi, il a dit préférer "commenter plus 8.000 (chômeurs, ndlr) que plus 70.000, ce qui était le cas sous Nicolas Sarkozy, ou plus 30.000, ce qui était le cas au début de l'année 2013". "Tant que ça ne recule pas, c'est que ça ne va pas", a-t-il admis. "Mais c'est un effort considérable que d'arriver à faire en sorte que de 30.000 chômeurs de plus par mois, on arrive à 8.000 chômeurs de plus par mois".

L'opposition réclame du concret

Les responsables politiques des camps adverses se sont eux saisi de ces chiffres pour mettre en cause l'action du gouvernement. Pour le vice-président du Modem, Robert Rochefort, "le pacte de responsabilité est probablement utile mais encore trop abstrait, donc incertain et ses effets ne seront pas immédiats".

C'est selon lui "sur les fondamentaux de l'économie qu'il convient d'agir clairement pour restaurer la confiance. Rassembler quelques grands patrons pour un show bien orchestré ne remplace pas l'indispensable mobilisation de tous les chefs d'entreprise des PME que l'on attend toujours."

Christian Jacob, le président du groupe UMP à l'Assemblée, a pour sa part estimé que l'augmentation du nombre de chômeur en janvier constituait un "constat d'échec de la politique qui est menée depuis 20 mois".

Il a dénoncé "un vrai problème sur l'apprentissage qui se dégrade. Il faut faire de vrais réformes de fond, remettre en cause le collège unique, développer l'apprentissage à 14 ans, c'est comme cela qu'on renouera avec l'emploi chez les jeunes".

N.G. avec agences