BFM Business

Charlie Hebdo: pas besoin d'eBay, il y en aura pour tout le monde en kiosque

Certaines enchères proposent d'acheter directement le numéro pour plusieurs milliers d'euros

Certaines enchères proposent d'acheter directement le numéro pour plusieurs milliers d'euros - Capture d'écran ebay.fr

Tous les kiosques de France seront réapprovisionnés en numéros spéciaux de Charlie Hebdo, déjà introuvable aux premières heures de ce mercredi. Les petits malins qui pensaient s'enrichir en vendant leurs exemplaires sur eBay en sont pour leurs frais.

"Si vous ache­tez la presse on aura vrai­ment gagné". Lancé des sanglots plein la voix, l'appel du dessinateur Luz, rescapé de l'attentat commis contre Charlie Hebdo, semble avoir été entendu. Ce mercredi à 18 heures, le journal comptait en effet 120.000 abonnés, contre 10.000 avant les évènements tragiques, rapporte le magazine Stratégies.

Pour les ventes à l'unité, il n'aura pas fallu attendre bien longtemps non plus. Dès les premières lueurs du jour, le numéro spécial de l'hebdomadaire était épuisé dans les points de vente.

Les kiosques à journaux dévalisés au bout de deux heures. Plus de 700.000 exemplaires de Charlie Hebdo ont été vendus. Mais pas de panique, il y en aura pour tout le monde d'ici jeudi prochain. Car Charlie Hebdo a décidé ce jeudi de tirer, non plus à 1, ni à 3, mais à 5 millions d'exemplaires.

"Les marchands de journaux vont être livrés tous les jours jusqu'à jeudi prochain. Dès demain (jeudi), il y aura une nouvelle mise en place, à peu près équivalente à celle d'aujourd'hui, de 700.000 exemplaires. Les 27.000 points de ventes français seront tous réassortis", promet ainsi Patrick André, directeur général des Messageries lyonnaises de presse, le distributeur des journaux sur BFM TV.

Un moyen d'éviter "la spéculation scandaleuse à laquelle on assiste" poursuit-il, en référence à ceux qui achètent le numéro spécial par dizaine pour faire ensuite monter les prix sur eBay. Dès 7h30 ce mercredi, plusieurs centaines d'offres ont été publiées sur le site d'enchères en ligne, plusieurs proposant un prix de départ à quelques centaines d'euros.

L'une d'entre elles, qui vient à expiration samedi, propose ni plus ni moins l'achat immédiat pour 100.000 euros! Mais à ce prix-là, la livraison est gratuite. Une autre propose l'achat en direct pour 10.000 euros. Des enchères qui, une fois encore, provoquent la colère des internautes sur Twitter. "Honteux", "Ecoeurant", peut-on, par exemple, lire sur le réseau social.

Et le phénomène n'est pas seulement limité à la France. Sur ebay.uk, on trouve également des enchères à plusieurs centaines de livres sterling, selon une journaliste du Guardian, sur Twitter.

eBay n'est pas le seul site concerné: une annonce était ainsi postée sur le site de petites annonces Leboncoin.fr dès 7h19, proposant d'acquérir le précieux numéro collector pour la somme de 200 euros. Cette annonce a, quelques minutes plus tard, été désactivée par Leboncoin.fr.

De son côté, la place de marché Priceminister à fait savoir qu’il bloquait les ventes des produits Charlie Hebdo, dont celles concernant la vente de ce numéro spécial.

La semaine dernière, la fièvre des enchères avait déjà gagné le précédent numéro de Charlie Hebdo avec Michel Houellebecq en couverture, plusieurs offres sur eBay étaient ainsi montées à plusieurs dizaines de milliers d'euros, certaines indiquant néanmoins que l'argent récolté serait ensuite reversé à plusieurs associations caritatives. eBay avait alors expliqué dans un communiqué qu'il est "une place de marché ouverte qui n'impose aucune restriction en termes de prix des objets de vente".

Néanmoins l'entreprise se réservait "le droit de retirer sur son site toute annonce en contradiction avec ses règlements et les principes et valeurs de la communauté d'eBay". Le site d'enchères en ligne avait assuré que les commissions perçues sur les ventes de magazine et de produits Charlie Hebdo seraient intégralement reversées au magazine satirique.

Outre les enchères, les événements tragiques survenus dans la rédaction de Charlie Hebdo ont donné naissance à un véritable business pour le moins discutable. L'institut national de la propriété intellectuelle (INPI) a dû faire face à pas moins de 50 demandes de dépôt de marque "Je suis Charlie". Mercredi l'INPI a refusé de leur donner suite, arguant que ce slogan n'était pas une marque.

Julien Marion