BFM Business

Ce mystérieux fonds que Londres veut débloquer pour réduire sa dette

Jeremy Wright QC, procureur général de Sa Majesté pour l'Angleterre et le Pays de Galles

Jeremy Wright QC, procureur général de Sa Majesté pour l'Angleterre et le Pays de Galles - Ben STANSALL / AFP

Le gouvernement britannique a saisi la justice pour demander le déblocage du National Fund, un fonds censé, à terme, rembourser l'intégralité de la dette du pays.

Le gouvernement britannique est dans l'impasse. Le procureur général Jeremy Wright QC a saisi mardi la Haute Cour de justice afin de débloquer le National Fund, un fonds de bienfaisance créé en 1928 par un donateur anonyme dans le but de rembourser la dette du pays.

D'un montant de 500.000£ (environ 570 000 euros) à sa création, le National Fund est aujourd'hui estimé à 475 millions de livres (541 millions d'euros). Il aurait été constitué pour répondre à l'appel en 1919 de Stanley Baldwin, futur Premier ministre, qui, après avoir donné un cinquième de sa fortune à la nation, a exhorté les citoyens à faire des dons pour aider au remboursement de la dette britannique.

Un fonds bloqué depuis 90 ans

Problème: le National Fund est gelé. Son créateur a en effet posé une condition pour que le gouvernement puisse en bénéficier: que son montant permette de rembourser l'intégralité de la dette du pays. Or, celle-ci est aujourd'hui estimé à plus de 1700 milliards de livres, bien loin des 475 millions de livres qui composent le fonds...

En réalité, le fonds n'a jamais dépassé les 0,066% de la dette publique. Devant la Haute Cour, Jeremy Wright a expliqué qu'il ne pourra jamais en rembourser l'intégralité. Le gouvernement britannique a donc demandé de pouvoir y accéder dès maintenant.

"Il y a près de 90 ans, un donateur anonyme a légué de l'argent à la nation, et pourtant, nous n'avons pas été en mesure de l'utiliser à bon escient. [...] Je demande à la Haute Cour de débloquer ce fonds et, si cette demande est acceptée, il pourra être utilisé au profit de la nation pour faire ce que les donateurs originaux avaient l'intention de faire.", a déclaré Jeremy Wright dans un communiqué publié mardi sur le site Internet du gouvernement.

Un fonds pour les organisations caritatives?

Le banque Barclays qui gère désormais le fonds essaie depuis des années d'obtenir l'autorisation pour utiliser l'argent, en vain. Beaucoup, comme le Labour, souhaitent qu'il soit utilisé pour aider des organisations caritatives au Royaume-Uni. Mais Jeremy Wright veut qu'il serve uniquement la cause initiale, à savoir rembourser la dette.

La Commission des Charités a déclaré qu'elle se félicitait de la décision du procureur général, expliquant qu'il est "important que ces fonds considérables soient utilisés conformément aux intentions charitables du donateur original".

P.L