BFM Business

Cazeneuve a 8 jours pour élaborer le "Patriot Act" à la française

Manuel Valls a révélé ce mardi 13 janvier à l'Assemblée nationale les principales mesures envisagées pour lutter contre le terrorisme.

Manuel Valls a révélé ce mardi 13 janvier à l'Assemblée nationale les principales mesures envisagées pour lutter contre le terrorisme. - François Guillot - AFP

Pour lutter contre le terrorisme, Manuel Valls veut un contrôle plus fort d’internet en général et des réseaux sociaux en particulier. Il veut aussi accélérer le processus d’adoption de dossier des passagers aériens en Europe.

Le temps presse et le gouvernement ne veut pas en perdre. Manuel Valls a révélé ce mardi 13 janvier les principales mesures de lutte contre le terrorisme. Le Premier ministre veut "tirer des leçons" des attentats de la semaine dernière.

Et pas question de débattre pendant des semaines. Manuel Valls a donné huit jours à Bernard Cazeneuve, ministre de l’Intérieur, pour bâtir une stratégie de contrôle d’Internet.

Ces mesures semblent viser particulièrement les réseaux sociaux qui selon le ministre de l’Intérieur sont à l’origine de 95% des recrutements pour le djihad. Lors de son discours, Manuel Valls a confirmé que « les réseaux sociaux [sont] plus que jamais utilisés pour l'embrigadement, la mise en contact et l'acquisition de techniques permettant de passer à l'acte »

Système PNR : Valls veut aller plus vite

Pour lutter contre l’hydre jihadiste, le gouvernement pourrait chercher à désanonymiser les réseaux sociaux (tous les auteurs de messages pourront être identifiés). Il souhaite également avoir la possibilité d’accélérer le processus de suppression de comptes ou des posts. Pour cela, il va falloir discuter avec les géants de l’Internet (Facebook, Twitter, Google+…), mais aussi avec les autorités concernées comme la CNIL ou le Conseil National du numérique.

En Grande-Bretagne, David Cameron, vient de décider de s’attaquer aux applis permettant d’échanger des communications chiffrées comme WhatsApp, très populaire chez les jeunes. Pour lui, il n’est pas question de continuer à autoriser les « moyens de communication pour lesquels des interceptions sont impossibles ». Le Premier ministre britannique n’a toutefois pas indiqué comment il compte s’y prendre.

Autre dossier, le système PNR (Passenger name record) qui recense les données des dossiers passagers aériens dans l’espace Schengen. Ce dispositif d’échanges de données des passagers européens ne sera prêt qu’en septembre 2015. Manuel Valls veut aller plus vite. Il a lancé un « appel solennel » au parlement européen pour qu'il vote rapidement ce système actuellement gelé dans cette instance.

Pascal Samama