BFM Business

Augmenter les salaires: « La dernière bêtise à faire » ?

« Augmenter les salaires serait la dernière bêtise à faire », estime le président de la BCE, Jean-Claude Trichet.

« Augmenter les salaires serait la dernière bêtise à faire », estime le président de la BCE, Jean-Claude Trichet. - -

Augmenter les salaires en Europe, et en France en particulier, serait catastrophique pour l'économie. C'est en substance ce qu'affirme le président de la Banque Centrale Européenne. Son propos divise les économistes.

Augmenter les salaires serait « la dernière bêtise à faire » en Europe et nuirait à la réduction du chômage. C'est ce qu'a déclaré ce dimanche Jean-Claude Trichet.
Selon le président de la Banque centrale européenne (BCE), une hausse des rémunérations augmenterait les coûts de production des entreprises et aurait des effets dramatiques sur l'emploi. Il met en avant la santé « remarquable » de l'Allemagne, seul pays de l'Union Européenne à être parvenu à diminuer son taux de chômage pendant la crise. Outre-Rhin pourtant, les salaires de la fonction publique n'ont augmenté que de 17% en dix ans, « contre 35% en moyenne en France et dans la zone Euro ». Un point de vue que certains trouveront volontiers choquant, mais que certains économistes partagent.

« Des répercussions négatives sur l'emploi »

Philippe Trainar, économiste chez Score, n'est pas favorable à une hausse des salaires des Français. « Je suis contre, explique-t-il sur RMC. Une trop forte augmentation des salaires entrainerait immédiatement des répercussions négatives sur l'emploi. Nous sommes encore en crise et l'activité n'a pas repris. Une hausse des coûts de production serait tout à fait dramatique pour la reprise. L'Allemagne a fait le pari de limiter l'augmentation des salaires et ça a marché, puisqu'elle a diminué son chômage, et c'est ce que nous avons tous en vue. L'Allemagne nous montre plutôt la voie ».

« Impossible de vivre décemment avec un salaire minimum »

L'économiste Thomas Coutrot rétorque que « les pays européens sont les principaux clients les uns des autres. Si vous réduisez les salaires et la demande dans l'ensemble des pays, vous augmentez le chômage au lieu de le réduire. Il faut rééquilibrer le partage de la richesse en augmentant les salaires et les prestations sociales, en particulier les bas salaires. Il est tout-à-fait impossible de vivre aujourd'hui de façon décente avec un salaire minumum et il est urgent d'inverser la tendance ».

La Rédaction et B. Salliot