BFM Business

Augmentation des prix et représailles commerciales: le coût des relocalisations

Si l'objectif est louable, sur BFM Business, Isabelle Méjean, prix du meilleur jeune économiste 2020, met en garde contre les conséquences des relocalisations pour le consommateur mais aussi pour les secteurs qui s'y engagent.

C'est l'axe fort du plan de relance que prépare le gouvernement mais aussi des contre-parties demandées aux entreprises en cas d'aides: la relocalisation de certaines productions et le retour à une certaine souveraineté économique dans les secteurs stratégiques comme celui de la production de principes actifs pour les médicaments.

Mais la médaille a son revers et les conséquences d'une telle stratégie pourra avoir également des effets néfastes, comme le souligne sur BFM Business ce lundi Isabelle Méjean, prix du meilleur jeune économiste 2020 et professeure à Polytechnique.

"Un mot peu vague"

Relocalisation, "c'est un mot un peu vague sur lequel on met beaucoup d'objectifs et beaucoup d'espoirs. Je pense que c'est important de spécifier quel objectif et, dans ce cadre, quel est le bon instrument: parfois la relocalisation, souvent pas", plaide l'économiste.

"Ca aura un coût pour le consommateur", prévient Isabelle Méjean. "Et puis ça aura probablement un impact de type représailles". Et de citer l'exemple central de la production de paracétamol qui pour le moment se fait essentiellement en Chine.

"Si aujourd'hui on relocalise la production du paracétamol en Europe, il y a toutes les chances pour que, de l'autre côté, les produits étrangers aient le même raisonnement". A l'étranger, les responsables politiques pourraient ainsi se dire que "les produits à l'insuline, qui sont beaucoup produits en Europe, on va les relocaliser également. Donc la question c'est: 'est-ce qu'on veut une industrie pharmaceutique qui est plus fermée que ce qu'elle est aujourd'hui?' (...) Est-ce qu'on veut au nom de la souveraineté perdre en compétitivité sur un secteur (...) pour lequel l'Europe a un avantage compétitif assez fort?".

Olivier Chicheportiche