BFM Business

D’une épingle à cheveux à une maison: l’ambitieux projet de troc d’une internaute canadienne

Demi Skipper a lancé le "trademeproject"

Demi Skipper a lancé le "trademeproject" - Demi Skipper/Tik Tok

Une internaute canadienne s'est lancée dans le pari fou d'acquérir une maison grâce à une série de troc. Un exploit déjà réalisé par le passé.

Acquérir une maison par une série de trocs en partant d’une épingle à cheveux. C’est l’incroyable défi que s’est lancée Demi Skipper, une bloggeuse canadienne. Si l’objectif est encore loin d’être atteint, le projet commence à prendre forme, notamment grâce à sa médiatisation sur les réseaux sociaux où elle poste les différents objets passés entre ses mains.

Ainsi, cette utilisatrice de Tik Tok a posté fin mai une photo d’une épingle à cheveux d’une valeur de 0,01 dollar. Epingle qu’elle est parvenue à échanger contre une paire de boucles d’oreilles à 10 dollars, elle-même troquée un peu plus tard contre un lot de quatre verres à Margarita valant 24 dollars.

Par la suite, Demi Skipper a dégoté un aspirateur Bissel (60 dollars), un snowboard (95 dollars), un boitier Apple TV 4K (180 dollars), un casque Bose (220 dollars), une Xbox One (320 dollars), un MacBook Pro (400 dollars), un appareil photo Canon (550 dollars) et enfin une paire de Nike Off-White (850 dollars).

Un défi déjà relevé

La jeune bloggeuse n’est pas la première à se lancer dans un pari aussi fou. En 2006, Kyle MacDonald, un Canadien de 26 ans, est parvenu à acquérir une maison uniquement grâce au troc. Le tout en partant d’un trombone rouge qu’il a commencé par échanger avec un stylo, lequel a été troqué avec un bouton de porte sculpté, puis avec un barbecue, un générateur électrique, une pompe à bière, une motoneige, une camionnette et un contrat avec une maison de disques pour enregistrer une maquette.

Bien aidé par les médias qui ont suivi son aventure, le projet de Kyle MacDonald s'est concrétisé plus vite que prévu: après le contrat avec une maison disques, le jeune québécois a obtenu un an de location gratuite à Phoenix. Une année loin de chez lui échangée peu de temps après avec une boule à neige appartenant au chanteur Alice Cooper. C'est alors que l’acteur américain Corbin Bernsen, chionosphérophile par ailleurs, a proposé à Kyle de la lui reprendre en échange d’un rôle dans son prochain film. Le dernier troc s'est enfin déroulé avec la ville de Kipling qui lui a offert la maison contre le rôle, actant ainsi la réussite du pari.

Une histoire inspirante

Bien sûr, le projet de Kyle MacDonald n’aurait sans doute pas été possible sans la médiatisation dont il a fait l’objet. Mais au-delà de l'objectif matériel, il souhaitait aussi démontrer en revenant aux bases du commerce que la valeur d’un objet pouvait être relative et dépendante de nombreux facteurs (valeur sentimentale, comme la boule à neige).

Nombreux sont ceux à avoir tenté leur chance en s’inspirant de l’histoire de Kyle McDonald. En France, Stanislas Wodzynski, a tout de même réussi à échanger en deux semaines une graine de haricot contre la construction d’une bibliothèque au profit d’un orphelinat bulgare en 2012. Il y a deux ans, un étudiant strasbourgeois a glané un iPhone à partir d’un trombone.

Plus récemment, l’aventure de Kyle MacDonald a également inspiré un entrepreneur lillois qui vient de commencer son opération de troc, rapporte Le Parisien. Objectif: obtenir un terrain pour accueillir une réserve naturelle en partant de l'échange d'un verre de bière.

https://twitter.com/paul_louis_ Paul Louis Journaliste BFM Eco