BFM Business

Crise sanitaire: dernier feu vert de l'Assemblée pour le budget rectifié

L'Assemblée nationale à Paris le 13 avril 2021 (image d'illustration)

L'Assemblée nationale à Paris le 13 avril 2021 (image d'illustration) - STEPHANE DE SAKUTIN © 2019 AFP

Le texte complète les aides d'urgence et accompagne le déconfinement. Il doit être adopté définitivement par la Haute assemblée lundi.

L'Assemblée nationale a donné jeudi matin son dernier feu vert au budget rectifié, gonflé de 20 milliards d'euros pour faire face aux conséquences de la crise sanitaire, avant son adoption définitive par le Sénat.

Le texte issu du compromis entre les deux assemblées réunies en commission mixte paritaire complète les aides d'urgence et accompagne le déconfinement. Il doit être adopté définitivement par la Haute assemblée lundi.

Le projet de loi défendu par Bercy permettra une rallonge de 20 milliards d'euros nets au budget 2021 de l'Etat dont 15 milliards seront affectés aux mesures d'urgence, à destination des entreprises et leurs salariés. Rien que les "recharges" du soutien à l'activité partielle et au fonds de solidarité coûteront 10 milliards d'euros supplémentaires à l'Etat.

En marge des mesures "covid", ce collectif budgétaire prévoit en outre des mesures en faveur de l'hébergement d'urgence, des étudiants boursiers ou des agriculteurs touchés par l'épisode de gel au printemps. Elles sont gagées "sur des annulations de crédits sur la réserve de précaution", a souligné le rapporteur LREM du Budget, Laurent Saint-Martin.

Une "question vertigineuse"

Nouveautés ou retouches adoptées en commission mixte paritaire: la majoration de la prime Macron destinée à gonfler le pouvoir d'achat des ménages sera ouverte à toutes les entreprises de moins de 50 salariés.

Députés et sénateurs ont également décidé de revenir sur la date de suppression de la hausse des tarifs du gazole non routier, utilisé principalement dans le bâtiment et les travaux publics, afin de tenir compte de la crise sanitaire.

Il s'agit de la suppression du taux réduit de TICPE qui sera finalement repoussée au 1er janvier 2023. Conséquence du budget rectifié: il creuse encore davantage le déficit, à 220 milliards d'euros, soit 9,4% du PIB.

"Si le soutien à notre économie doit rester la priorité, l'heure des comptes approche à grands pas", a mis en garde le président LR de la commission des Finances, Eric Woerth.

Pour l'ex-ministre du Budget, la trajectoire des finances publiques pose une "question vertigineuse": "jusqu'où pouvons-nous aller sans que le coût des mesures ne dépasse le bénéfice collectif que notre économie et notre société peuvent en retirer?" Cette inquiétude a été partagée sur tous les bancs de l'hémicycle, sauf les plus à gauche.

PS avec AFP