BFM Business

Covid-19: deux Français sur trois veulent taxer les grandes fortunes pour payer la dette

Selon un nouveau sondage Odoxa réalisé pour BFM Business, Challenges et Aviva, les Français gardent les hauts revenus dans leur viseur. A choisir, ils devraient être taxés en priorité.

Les grandes fortunes seront-elles au cœur du débat présidentiel? Une chose est sûre, elles sont toujours dans la cible de la majorité de Français. Selon le dernier baromètre de l'économie réalisé par Odoxa pour BFM Business, Challenges et Aviva, 66% des Français choisiraient de taxer les grandes fortunes pour réduire la dette créée par la crise sanitaire, parmi les trois possibilités listées par le sondage (avec deux choix possibles).

La réduction des dépenses publiques "en diminuant notamment le nombre de fonctionnaires" arrive en second choix (38% des votes) devant une "réforme des retraites en augmentant notamment l’âge légal de départ à la retraite" (19% des votes).

Sondage Odoxa
Sondage Odoxa © Odoxa

Impôt sur la fortune, augmentation des droits de succession

Dans la continuité, 46% des Français demandent, sans surprise, que les hauts revenus soient visés si le gouvernement décidait de taxer davantage les Français. 38% des sondés sont plutôt favorables à la création d'un nouvel impôt sur la fortune plus large que l’actuel Impôt sur la fortune immobilière (IFI). Enfin, 15% des Français préfèrent augmenter les droits de succession sur l’héritage des plus gros patrimoines.

Sondage Odoxa
Sondage Odoxa © Odoxa

Reste encore à définir les "riches". À partir de quel montant de patrimoine faudrait-il prélever un impôt sur la fortune? 600.000 euros pour 43% des Français, 1,3 million d'euros (le seuil actuel de l'IFI) pour 29% des sondés, 4 millions d'euros pour 18% et les seuls milliardaires pour 10% des personnes interrogées.

Sondage Odoxa
Sondage Odoxa © Odoxa

Un moral économique au beau fixe

Enfin, 60% des sondés se disent "choqués" par l'enrichissement des actionnaires de certaines entreprises pendant la crise. Sur ce plan, le décalage générationnel est impressionnant puisque les 65 ans et plus se disent choqués à 71% tandis que seuls 36% des 18-24 ans partagent ce sentiment.

Dernière indication du sondage: le moral économique continue son impressionnante remontée puisque 44% des Français sont "plutôt confiants" sur l'avenir, soit 8 points de plus qu'en juin.

Enquête réalisée auprès d’un échantillon de 1005 personnes représentatif de la population française âgée de 18 ans et plus, interrogées par Internet les 30 juin et 1 er juillet 2021, selon la méthode des quotas.

Thomas Leroy Journaliste BFM Business