BFM Business

Coronavirus: comment vont évoluer les règles sanitaires dans les entreprises

Le ministère du Travail va publier une nouvelle version du protocole sanitaire

Le ministère du Travail va publier une nouvelle version du protocole sanitaire - StockPhoto- CC

Télétravail, distanciation... Selon Les Echos, le ministère du Travail va publier une nouvelle version du protocole actuellement en vigueur dans les entreprises pour assouplir les règles sanitaires.

Alors que l’épidémie semble marquer le pas en France, le gouvernement va lâcher du lest sur les restrictions sanitaires imposées au sein des entreprises. Selon Les Echos qui ont eu accès au nouveau protocole à paraître prochainement, le ministère du Travail prévoit en effet quelques aménagements visant à accorder davantage de souplesse en matière d’organisation du travail et d’accueil de la clientèle.

A commencer par le télétravail que les employeurs n’auront plus besoin de privilégier pour leurs salariés, à l’exception de ceux considérés comme vulnérables s’ils souhaitent poursuivre le travail à distance. La nouvelle version du protocole met également fin à la règle de distanciation physique minimale de 4m². Désormais, un mètre entre chaque personne suffira: "Chaque collaborateur doit pouvoir disposer d’un espace lui permettant de respecter la règle de distanciation physique d’au moins un mètre par rapport à toute autre personne", explique le texte cité par le quotidien économique.

Liberté laissée à l'employeur

De la même manière, la règle limitant le nombre de personnes présentes en même temps dans une entreprise ou un commerce sera supprimée. Cela concerne aussi bien les collaborateurs, les clients ou encore les fournisseurs. L’employeur sera ainsi libre de fixer la jauge qu’il souhaite "en fonction de l’architecture et des dimensions des locaux", sous-entendu de manière à ce que le mètre de distanciation puisse être assuré.

Au-delà de ces changements, le protocole rappelle la nécessité d'informer l’ensemble des collaborateurs sur les règles à suivre. Les employeurs sont par ailleurs toujours invités à multiplier les nettoyages pour désinfecter les postes de travail et doivent conserver un plan de circulation dans les locaux pour éviter les croisements.

Le port de gants est toujours déconseillé et celui du masque ne doit être rendu obligatoire qu’en dernier recours. Enfin, les tests restent interdits tandis que la prise de température des collaborateurs demeure un choix possible mais non obligatoire.

https://twitter.com/paul_louis_ Paul Louis Journaliste BFM Eco