BFM Business

Yan Hascoet (BFM Académie): "en augmentant l'offre de taxi, on incite à la consommation"

Yan Hascoet, créateur de ChauffeurPrivé.com, était l'invité de Stéphane Soumier dans Good Morning Business le vendredi 21 juin.

Yan Hascoet, créateur de ChauffeurPrivé.com, était l'invité de Stéphane Soumier dans Good Morning Business le vendredi 21 juin. - -

Le créateur de ChauffeurPrivé.com et gagnant de l'édition 2013 de la BFM Académie, était l'invité de BFM Business ce vendredi 21 juin. Il y a détaillé les perspectives de croissance de son business.

Yan Hascoet est le meilleur entrepreneur de 2013. Au lendemain de sa victoire de la BFM Academie ce vendredi 21 juin, il a évoqué sur BFM Business l'avenir de l'entreprise qu'il a créée, ChauffeurPrivé.com.

Cette application pour smartphone permet de réserver une voiture pour un trajet prédéfini, avec prix fixé à l'avance et payé en ligne. C'est une offre de VTC (véhicules de tourisme avec chauffeur): une alternative aux taxis, mais dont le fonctionnement est beaucoup plus réglementé. Par exemple, les chauffeurs de VTC doivent être accrédités par la préfecture de police de Paris -donc avoir un casier judiciaire vierge-, ne pas prendre de clients qui n'ont pas réservé leur voiture...

Un potentiel de croissance faramineux à Paris

"Le VTC est très développé dans les capitales mondiales comme à Londres ou à New York, où il y a environ 50.000 voitures de ce type, pour environ 15.000 taxis", a expliqué Yan Hascoet. Tandis qu'à Paris, "il y a 17.000 taxis pour seulement 2.000 VTC", soit une proportion dix fois moindre. "Il n'y a pas besoin d'être un génie pour comprendre qu'il y a un vrai manque sur ce segment-là!", sourit-il.

"On ne se bat pas pour la même part de gâteau que les taxis", a assuré pour autant Yan Hascoet. Il constate que l'usage de service VTC-Taxi est bien plus faible en France que dans d'autres capitales occidentales. La raison, selon lui : "l'insuffisance de l'offre". "En augmentant l'offre, il en est convaincu, on incite à la consommation".

>> A LIRE AUSSI - La riposte des taxis parisiens

N.G.