BFM Business

Viagra et Botox: la plus grosse fusion de l’année?

Pfizer tente de s'implanter dans un pays à la fiscalité plus faible qu'aux États-Unis.

Pfizer tente de s'implanter dans un pays à la fiscalité plus faible qu'aux États-Unis. - Spencer Platt - AFP

Le géant pharmaceutique américain Pfizer pourrait dépenser 150 milliards de dollars pour acquérir son concurrent Allergan. Une façon de profiter d’une fiscalité bien plus avantageuse.

Pris semble-t-il d’un désir brûlant d'alléger sa fiscalité, Pfizer envisage de casser sa tirelire pour s'offrir son rival Allergan, avec une offre de 150 milliards de dollars à la clé.

Pfizer, dont le quartier général est à New York, propose ainsi à Allergan de le racheter pour un prix compris entre 370 et 380 dollars par action, a indiqué mercredi sous couvert d'anonymat une source citée par l’AFP et Reuters, confirmant des informations de l'agence Bloomberg. Une opération qui ferait de ce mariage la plus grosse fusion de l'année, loin devant le rapprochement entre les brasseurs SABMiller et AB InBev (112 milliards de dollars).

Les négociations entre Pfizer et Allergan se sont en fait accélérées ces dernières heures, alors que le Trésor américain a annoncé mercredi qu'il allait prendre de nouvelles mesures pour décourager les entreprises de fuir l'impôt en transférant leur siège social à l'étranger par le biais d'acquisitions, selon une lettre du Trésor envoyée au Sénat mercredi.

L'impôt sur les bénéfices trois fois plus faible qu'aux États-Unis

Fin octobre, Pfizer avait justement montré que son intérêt pour le fabricant du traitement anti-rides Botox tenait au fait que le siège était en Irlande où l'impôt sur les bénéfices est presque trois fois plus faible qu'aux États-Unis. Il s'y redomicilierait donc en cas de fusion. De façon générale, le taux d'imposition des entreprises basées en Irlande est de 12,5% contre 35% aux États-Unis actuellement. 

En mai 2014, Pfizer avait déjà tenté de s'implanter fiscalement hors des États-Unis en rachetant son concurrent AstraZeneca, basé en Grande-Bretagne. Mais son offre de 117 milliards de dollars avait été rejetée.

Allergan permettrait par ailleurs à Pfizer de redevenir le premier groupe pharmaceutique mondial en termes de revenus devant le suisse Novartis. Outre le Botox, le portefeuille de la nouvelle entité comprendrait le traitement contre les troubles de l'érection Viagra ou encore l'anti-inflammatoire Celebrex et l'anti-cholestérol Lipitor.

Y.D. avec agences