BFM Business

Vaccin, mutations potentielles… Où en sont les recherches liées au coronavirus?

Invitée sur BFM Business Frédérique Vidal, ministre de l'Enseignement supérieur, de la Recherche et de l'Innovation, évoque les avancées en matière de lutte contre le coronavirus, notamment les recherches de vaccin pour tenter d'enrayer l'épidémie.

Selon un dernier bilan établi lundi par l'Organisation mondiale de la Santé (OMS), le coronavirus aurait déjà infecté 40.000 personnes dans le monde (dont onze en France) et tué 908 personnes en Chine continentale. Interviewée sur l'évolution de l'épidémie et invitée dans l'émission 12H-L'Heure H lundi, Frédérique Vidal fait le point sur les avancées de la recherche.

"On connait grâce au travail des chercheurs à l'Institut Pasteur la séquence fine maintenant du virus. Ça nous permet d'une part de l'étudier, de regarder si il existe de molécules qui peuvent réduire sa prolifération, son activité. Et puis qui ça nous permet aussi de surveiller d'éventuelles apparitions de mutations", détaille la ministre.

A quand le vaccin?

Selon la ministre, "la question d'un vaccin est toujours une question qui est très, très longue puisqu'il faut d'une part le mettre en place, mais ensuite il faut être en capacité de le tester".

Et de poursuivre: "Traditionnellement, un vaccin c'est plusieurs mois, voire plusieurs années. Donc évidemment on travaille sur ce sujet de vaccin, mais on regarde aussi d'autres pistes".

Comment limiter l'expansion du virus?

En outre, si Frédérique Vidal insiste sur le fait que toutes les mesures de précautions possibles sont aujourd'hui prises pour tenter de limiter l'expansion du coronavirus, elle rappelle que les chercheurs sont plus que jamais à pied d'œuvre "pour trouver des molécules qui peuvent réduire la transmission ou réduire l'infectiosité du virus".

Un travail mené de concert avec les institutions de recherches du monde entier. D'autant que, rappelle, la ministre, "sur les sujets de recherches en général, la coopération est toujours internationale. Et encore plus lorsqu'il s'agit de santé".

J.C-H