BFM Business

Tesco répudie PwC

Le numéro un britannique des supermarchés a été touché l'an dernier par un scandale comptable qui l'avait conduit à publier des bénéfices surestimés.

Le numéro un britannique des supermarchés a été touché l'an dernier par un scandale comptable qui l'avait conduit à publier des bénéfices surestimés. - Adrian Dennis - AFP

Suite à un scandale comptable, le numéro un britannique des supermarchés Tesco a préféré choisir le cabinet d'audit Deloitte.

32 ans de bons et loyaux services prennent fin. Le distributeur britannique Tesco, touché par un scandale comptable l'an dernier, a annoncé lundi qu'il allait rompre avec son auditeur PricewaterhouseCoopers (PwC).

"Nous avons publié un appel à candidatures pour la nomination d'un auditeur. Compte tenu de la durée durant laquelle PwC a été auditeur, nous sommes convenus avec eux qu'ils ne participeraient pas", a indiqué un porte-parole de Tesco.

C'est le cabinet Deloitte qui a été choisi pour le remplacer à compter de l'assemblée générale des actionnaires, prévue le 26 juin, a annoncé Tesco dans un communiqué.

Un porte-parole de PwC a confirmé que la firme n'avait pas été candidate à sa propre reconduction à la suite d'un "accord mutuel" avec Tesco.

Sous le coup d'une enquête pénale

Cette décision intervient alors que le numéro un britannique des supermarchés a été touché l'an dernier par un scandale comptable qui fait toujours l'objet d'une enquête pénale du Serious Fraud Office (SFO), chargé de lutter contre la grande délinquance financière.

L'affaire avait éclaté le 22 septembre dernier lorsque Tesco a indiqué à la surprise générale avoir découvert que ses bénéfices avaient été surestimés. Une erreur comptable a en effet conduit à une surestimation de ses bénéfices de 263 millions de livres (soit 362 millions d'euros aux cours actuels).

Le président de l'époque Richard Broadbent a démissionné à la suite de cette affaire, qui a également vu la suspension de plusieurs cadres dirigeants de l'entreprise.

Selon le quotidien The Independent, la recherche d'un nouvel auditeur a été avancée d'un an à la demande du directeur général Dave Lewis et du nouveau président John Allan qui cherchent à se démarquer de la direction précédente.

D.L. avec AFP