BFM Business

Takeaway remporte son bras de fer pour avaler Just Eat

-

- - Ben STANSALL / AFP

L'entreprise de livraison était également convoitée par le fonds Prosus à travers une contre-OPA hostile. 80,4% des actionnaires de Just Eat ont finalement souscrit à l'offre de Takeaway.

Victoire par KO pour Takeaway.com. L'entreprise néerlandaise de livraison, concurrente de Uber Eats et Deliveroo, a finalement confirmé l'acquisition du britannique Just Eat avec une offre intégralement en actions de 5,9 milliards de livres (6,9 milliards d'euros). Cette union, annoncée déjà depuis l'été dernier, va créer un nouveau géant du secteur représentant 360 millions de commandes par an.

C'est l'aboutissement d'un plan rondement mené, qui aurait pu pourtant se retrouver contrarié par le fonds Prosus, filiale du sud-africain Naspers. A peine entré en bourse, Prosus avait lancé une OPA hostile sur Just Eat pour coiffer Takeaway au poteau, avec une offre supérieure. Le cours de Just Eat s'était alors rapidement envolé.

Plus gros acteur hors de Chine

Finalement, le duel n'a pas eu lieu. Takeaway a ainsi annoncé, ce vendredi, que 80,4% des actionnaires de Just Eat avaient souscrit à son offre, soit nettement au-dessus du seuil de 50%, objectif du Néerlandais. "Just Eat Takeaway.com est une combinaison de rêve et je suis très impatient de diriger cette entreprise dans les nombreuses années à venir" s'est réjoui Jitse Groen, directeur général de l'acquéreur. Au plus récent cours de clôture, l'offre de Takeaway représentait 889 pence par action.

La société fusionnée aura son siège à Amsterdam mais la cotation en Bourse restera à Londres et "une part importante des opérations" sera maintenue au Royaume-Uni. Selon les dires de Takeaway, la future entité sera la plus importante du secteur, en dehors des acteurs chinois.

Reste que l'absorption ne se fera pas sans mal : les deux entreprises affichaient, en cumulé, une perte de 43 millions d'euros en 2018, pour plus d'1,2 milliard de chiffre d'affaires.

Thomas Leroy