BFM Business

Seb s'inspire de Thermomix pour vendre ce coûteux grill électrique

Alors que la vente à domicile est en pleine expansion en France, Seb se lance sur ce juteux créneau dominé par Thermomix pour vendre des grills haut de gamme.

Le succès du célèbre robot Thermomix vendu directement à domicile a semble-t-il donné des idées à ses concurrents. Et à commencer par le premier d'entre eux: Seb. Le fabricant français s'apprête à se lancer lui aussi dans la vente à domicile. Une trentaine de vendeuses sont actuellement formées dans un centre prévu à cet effet et qui vient d'ouvrir ses portes à Selongey en Côte d'Or, rapportent Les Echos. C'est dans ce village bourguignon qu'un certain Antoine Lescure avait fondé au XIXè siècle une petite fabrique de ferblanterie qui allait devenir un siècle plus tard la Société d’Emboutissage de Bourgogne alias la SEB.

Des vendeuses et des vendeurs indépendants qui iront ensuite chez les particuliers vanter les mérites non pas d'un robot cuiseur comme le Thermomix mais d'un grill américain vendu 299 euros. La société française avait racheté en 2004 pour 200 millions d'euros le fabricant de grill All-Clad, deuxième sur le marché américain. Et Seb a décidé de lancer la marque en France et a opté pour se faire pour le modèle de la vente à domicile chère à Thermomix.

Le succès du robot cuiseur allemand vendu plus de 1000 euros s'explique principalement par ce mode de vente et ses démonstration à domicile. "Nous voulons que chaque personne qui nous achète sache parfaitement utiliser le produit, d'où les réunions", explique Bertrand Lengaigne, le directeur de la marque Thermomix en France

La vente à domicile de plus en plus tendance

Or le grill que Seb s'apprête à lancer est justement onéreux lui aussi et assez sophistiqué. Il dispose de six modes de cuisson et est capable notamment de détecter la quantité et l'épaisseur des aliments et d'ajuster leur temps de cuisson en fonction. Véritable succès aux Etats-Unis, pays du barbecue, le grill All-clad doit encore convaincre les consommateurs français de débourser les 300 euros de son prix de vente.

Et Seb ne compte pas s'arrêter au barbecue électrique puisque la marque a déjà prévu un deuxième centre de formation de démonstrateurs à Chalon-sur-Saône cette fois pour les ustensiles de cuisine de la marque allemande Silit. Là encore il s'agit de produits haut de gamme avec des poêles à 80 euros et des autocuiseurs à plus de 150 euros. Et si les ventes suivent Seb pourrait continuer à développer ce canal avec à terme un objectif de 350 vendeurs sur le territoire.

Car les perspectives de ce marché de la vente directe sont florissantes. Ce marché qui représente déjà 4,5 milliards d'euros en France (soit le 3ème canal de distribution derrière les magasins et le e-commerce) devrait croître de 5% en moyenne par d'ici 2020 selon Xerfi. Et dans ce contexte de croissance atone de la consommation, de tels chiffres aiguisent les appétits. "Les nouveaux entrants se bousculent au portillon du shopping à la maison", assure ainsi Xerfi qui cite l'arrivée de Phildar ou Little Marcel pour l'habillement, Ipheos dans les cosmétiques, Oika Oika dans les jeux de société ou encore Saporissimo qui vend des produits d'épicerie italienne. Bref les réunions "tupperware" sont plus que jamais tendance.

Frédéric Bianchi
https://twitter.com/FredericBianchi Frédéric Bianchi Journaliste BFM Éco