BFM Business

Sanofi veut vendre une partie de Merial à Boehringer-Ingelheim

Sanofi et Boehringer pourraient échanger des activités.

Sanofi et Boehringer pourraient échanger des activités. - Charly Triballeau - AFP

Le groupe pharmaceutique français voudrait échanger la division santé animale de sa filiale Merial contre l'activité santé grand public du laboratoire allemand. Ce dernier payerait aussi 4,7 milliards d'euros.

Sanofi et Boehringer-Ingelheim sont en négociations exclusives. Le groupe pharmaceutique français veut échanger la division de santé animale de sa filiale Merial contre l'activité santé grand public du laboratoire allemand. Cette transaction permettrait à Sanofi de devenir le leader mondial de la santé grand public "avec une part de marché mondiale proche de 4,6%" et à Boehringer-Ingelheim d'occuper la place de numéro deux mondial de la santé animale "avec un chiffre d'affaires pro forma d'environ 3,8 milliards d'euros en 2015", selon un communiqué commun aux deux groupes.

"Les activités santé grand public de Boehringer-Ingelheim en Chine seraient exclues de cette opération", précise le texte. La transaction donnerait lieu, de la part de Boehringer-Ingelheim, au paiement d'un montant brut de 4,7 milliards d'euros à Sanofi. "L'activité santé grand public de Boehringer-Ingelheim renforcerait le positionnement de Sanofi en Allemagne et au Japon, où la présence de Sanofi est limitée, et lui permettrait d'étendre son implantation dans ses catégories prioritaires", souligne le communiqué.

Accès à des marques phares

En cas de finalisation de l'opération, le géant pharmaceutique français "aurait accès à des marques phares dans la catégorie des antispasmodiques, des troubles gastro-intestinaux, des vitamines, minéraux et suppléments, et des antalgiques, et atteindrait la masse critique dans les traitements de la toux et du rhume". 

En ce qui concerne Boehringer-Ingelheim et la possible absorption d'une division de Merial, "la fusion des portefeuilles et plateformes technologiques dans le domaine des antiparasitaires, des vaccins et des spécialités pharmaceutiques positionnerait la nouvelle entité sur les principaux segments de croissance du marché de la santé animale".

"En entamant des négociations exclusives avec Boehringer-Ingelheim, nous avons agi vite pour atteindre l'un des principaux objectifs stratégiques de notre feuille de route 2020, à savoir l'établissement de positions concurrentielles dans les domaines où nous pouvons être leader", a expliqué le directeur général de Sanofi, Olivier Brandicourt, cité dans le communiqué. "Cette transaction pourrait permettre à Sanofi de devenir un leader mondial du marché très porteur des médicaments sans ordonnance et d'adjoindre à son portefeuille des marques très reconnues, permettant la création de valeur à moyen et à long terme", a-t-il déclaré.

D. L. avec AFP