BFM Business

Ruée des Chinois sur le cochon français: vers une flambée des prix du jambon à la rentrée

Touchés de plein fouet par la peste porcine africaine, plusieurs pays d'Asie n'ont d'autre choix que d'importer de la viande. Une situation qui se traduit par une envolée des cours. Mais cette bonne nouvelle pour les éleveurs va entraîner une hausse des prix au rayon charcuteries.

La filière est en alerte. Depuis plusieurs mois, l’épizootie de peste porcine africaine ravage le cheptel de certains pays d’Asie, notamment le Vietnam et la Chine. Si le virus n’est pas dangereux pour l’homme, il est destructeur pour les cochons d’élevage. Résultat, le Vietnam a abattu quelque deux millions de bêtes depuis que le premier cas a été découvert dans le pays en février. C’est plus de 6% de son cheptel porcin.

Premier producteur et consommateur mondial, la Chine qui abrite près de la moitié des cochons de la planète a quant à elle perdu un million de porcs depuis le mois d’août, selon les données officiels. Mais les experts pensent que ce chiffre est largement sous-evalué. L'Institut du Porc (Ifip) estime qu'un quart du cheptel de porcs chinois est affecté. Soit près de 150 millions de bêtes. Les conséquences sont terribles pour la filière, le prix d’achat d’un cochon vivant ayant bondi en Chine d’environ 40% sur un an, tandis que la production chinoise de viande porcine a chuté de 30%, selon plusieurs estimations.

Les cours du porc flambent

La situation en Asie -où la FAO (Organisation des Nations unies pour l'alimentation et l'agriculture) estime prudemment que la production de viande de porc chutera de 9% en 2019- a mécaniquement provoqué une augmentation de la demande en France. Une bonne nouvelle pour les éleveurs qui voient le cours du porc grimper en flèche, ce qui leur assure une meilleure rémunération.

Comme expliqué par nos confrères du Parisien, le kilo de porc s’échange désormais à 1,54 euro au marché du porc breton de Plérin (Côtes-d’Armor) où le prix sert de référence pour l’Hexagone. Soit une hausse de 30% par rapport à février. "C'est du jamais vu", observe Paul Auffray, président de l'Ifip. Ce dernier rappelle toutefois qu'il s'agit d'un "prix rémunérateur". "C'est le prix que je touchais il y a 30 ans. C'est un prix jugé correct", tempère-t-il. 

Reste que la hausse est difficile à encaisser pour les industriels charcutiers qui achètent le porc aux producteurs avant de le revendre transformé aux distributeurs à des tarifs fixés en début d’année, et donc avant la flambée des cours. Dans ces conditions, les distributeurs ont accepté de renégocier les tarifs pour mieux rémunérer les industriels en cette période difficile. "Il faut que la répercussion se fasse tout au long de la chaîne, au risque de fragiliser la filière", explique Paul Auffray. 

Selon Bernard Vallat, président de la Fict (Fédération française des Industriels charcutiers, Traiteurs, Transformateurs de viandes), "85% des demandes de renégociations ont été acceptées" par les enseignes de grande distribution et "60% des demandes" de hausse des tarifs ont été approuvées mais "avec une forte disparité en fonction des enseignes". 

Une envolée des prix inévitable

Autrement dit, une majorité de distributeurs a accepté d'acheter le porc plus cher compte tenu de la situation exceptionnelle. La question est désormais de savoir si cette hausse des coûts va se répercuter sur les prix pour le consommateur en magasin. Pour l'heure, il n'y a pas "de valse des étiquettes", observe Bernard Vallat, ou alors les hausses de prix demeurent-elles extrêmement discrètes. 

Elles semblent pourtant inévitables d'ici "quelques semaines à quelques mois", ajoute Bernard Vallat. Et pour cause, "il y a un grand décalage entre la renégociation (réalisée avec les distributeurs, ndlr) et la mise en pratique". De l'ordre de trois mois environ. En clair, la hausse des prix pour le consommateur pourrait être bien visible à l'automne. Contactés, les enseignes Leclerc et Casino n'ont pas répondu à nos sollicitations. Le groupe Carrefour a pour sa part fait savoir qu'il ne communiquait pas sur le sujet. 

Une situation qui devrait durer

Il faudra sans doute s'habituer à cette situation. Car les experts ne se montrent guère optimistes pour l’avenir. Selon eux, deux à dix ans seront nécessaires pour que le virus de la peste porcine africaine soit maîtrisé en Asie en raison des normes sanitaires et de biosécurité qui font défaut, particulièrement chez les milliers de petits exploitants, lesquels assurent 30% de la production en Chine.

Résultat, la demande chinoise de porc étranger va se maintenir à un niveau élevé et les cours risquent de poursuivre leur fulgurante ascension. La Fict s'attend à une "hausse continue" pendant au moins "deux à trois ans". Ce qui encouragera probablement les industriels charcutiers à réclamer de nouvelles renégociations des tarifs avec les distributeurs. "S'il y a une nouvelle flambée, tout est à refaire", souligne Inaporc, l'interprofession nationale porcine.

De son côté, Paul Auffray milite pour des négociations trimestrielles et non plus annuelles afin d'adapter plus justement les tarifs à la situation du marché. Le consommateur risque donc de devoir payer plus cher le jambon, la rosette et le filet mignon.

Paul Louis