BFM Business

Revers pour Sanofi aux Etats-Unis

La filiale américaine de Sanofi, Genzyme, propose déjà son traitement dans l'Union Européenne.

La filiale américaine de Sanofi, Genzyme, propose déjà son traitement dans l'Union Européenne. - -

L'autorité sanitaire américaine a refusé l'homologation du Lemtrada, un traitement pour la sclérose en plaque de Sanofi selon un communiqué de la société publié ce 30 décembre. Le groupe envisage de faire appel.

Revers pour Sanofi. Le Lemtrada, son traitement de la sclérose en plaques, n'a pas été accepté par la FDA, l'autorité sanitaire américaine, a annoncé le groupe pharmaceutique dans un communiqué, ce 30 décembre 2013.

La FDA estime que Genzyme, la filiale américaine de Sanofi qui produit le Lemtrada, n'a "pas fourni de preuves démontrant que les bénéfices apportés par Lemtrada l’emportaient sur ses effets indésirables graves".

Une décision contestée par Genzyme. Son directeur général, le docteur David Meeker, se dit "extrêmement déçu". Il rappelle, en outre, que le médicament a été accepté dans l'Union européenne, au Canada et en Australie. Il envisage de faire appel de la décision.

Sanofi en conflit avec d'anciens actionnaires

La sclérose en plaque touche plus de 2 millions de personnes dans le monde. Conséquence, le marché des traitements est très disputé. Actuellement dominé par les groupes Novartis et Teva, il devrait peser une quinzaine de milliards de dollars à l'horizon 2016.

Le Lemtrada était au cœur du rachat de l'entreprise de biotechnologies américaine qui le produit, Genzyme, par Sanofi, en 2011. Lors de l'achat, qui avait coûté 20,1 milliards de dollars à Sanofi, certains actionnaires avaient reçu des certificats de valeurs conditionnelles, ou CVC. 

Si Genzyme atteignait certains objectifs d'ici mars 2014, ils devaient recevoir des paiements en numéraires additionnels. A la suite du refus de la FDA, "Sanofi ne prévoit pas" que ces objectifs "seront atteint", précise le communiqué.

Le groupe pharmaceutique français est déjà en conflit avec les détenteurs de CVC. Le 20 décembre, une action de groupe a été lancée contre Sanofi. Le cabinet d'avocat qui représente les plaignants soutient que des dirigeants du groupe ont induit en erreur les actionnaires par des déclarations trompeuses.

J.S avec agences