BFM Business

Quand Amazon s'attaque au prix des produits bio

Des produits parmis les plus vendus de l'enseigne Whole foods seront vendus moins chers à partir de lundi aux États-Unis.

Des produits parmis les plus vendus de l'enseigne Whole foods seront vendus moins chers à partir de lundi aux États-Unis. - Justin Sullivan - AFP

Nouveau propriétaire de l'enseigne bio haut de gamme Whole Foods, le géant du e-commerce a décidé d'en élargir la cible. Dès lundi, une sélection de produits sera vendue moins cher.

Depuis l'annonce de la plus grosse acquisition jamais réalisée par Amazon en juin -celle de Whole Foods pour 13,7 milliards de dollars- les spéculations allaient bon train sur ce que pourrait faire le titan du e-commerce de cette enseigne de supermarchés bio et haut de gamme. Alors que la commission américaine du commerce vient tout juste d'autoriser le rachat, le géant de la vente en ligne a dévoilé quelques pistes.

La première: proposer des produits plus abordables dans les rayons de cette chaîne étiquetée "bobo" en raison notamment de ses prix élevés. Dans un communiqué, le géant de la Silicon Valley indique que "dès lundi, Whole Foods Market offrira des prix plus bas sur une sélection de best-sellers". Des bananes, des avocats, des pommes, du beurre, du poulet rôti, des œufs, du saumon et de la viande hachée -tous bio et commerce équitable- vont ainsi devenir plus accessibles. Des prix amaigris sont par ailleurs attendus dans le futur sur une plus large sélection.

-
- © -

Autre changement: tous les produits des différentes marques de Whole Foods seront proposés sous peu sur le site du leader mondial du e-commerce. Et les abonnés Amazon Prime, son programme premium, bénéficieront désormais des mêmes avantages que les meilleurs clients de Whole Foods, c'est-à-dire des réductions en magasin et d'autres avantages qui n'ont pas encore été détaillés.

Amazon Fresh relancé grâce aux magasins Whole Food

Enfin, dernière nouveauté: les 460 magasins Whole Foods qui maillent le territoire américain joueront désormais le rôle de point-relais pour les clients d'Amazon Fresh, son cybermarché alimentaire lancé en 2007. Cette facilité ne sera en revanche pas proposée aux clients canadiens et britanniques, où Whole Foods détient sans doute trop peu de magasins (treize au Canada, neuf au Royaume-Uni)

Cette manière de rendre complémentaires e-commerce et boutiques physiques devrait permettre à la firme de Seattle de relancer sa filiale "frais" qui peine à décoller avec une part de marché d'à peine 1% aux États-Unis. D'ailleurs la publication du communiqué ce vendredi, comme l'annonce du rachat de l'enseigne en juin, a de nouveau plombé les valeurs des grands distributeurs américains comme Walmart et Costco.

Tout ceci se fera "sans compromettre l'engagement de Whole Food envers les standards de qualité", souligne le communiqué. La direction d'Amazon promet par exemple de "continuer d'étendre ses efforts pour soutenir et promouvoir les produits et les fournisseurs locaux". Un discours qui va dans le sens de celui tenu en juin par le PDG de Whole Foods, John Mackey, à ses salariés.

Chez Amazon, "des grands cœurs et de grands idéaux"

Ce dernier avait dessiné l'avenir du groupe dans le giron du leader mondial du e-commerce en décrivant les dirigeants d'Amazon comme "des personnes géniales avec de grands cœurs et de grands idéaux qui veulent faire du monde un endroit meilleur". Il avait assuré que les valeurs chères à l'enseigne depuis sa création en 1980 -le commerce équitable, le circuit court et le manger sain- seraient réaffirmées.

S'y ajouteraient, à en croire John Mackey, d'autres valeurs intrinsèques du géant du e-commerce, comme le sacro-saint "customer centric", qui revient à mettre le client au centre des préoccupations de l'entreprise. La légende raconte qu'à chaque réunion, le fondateur d'Amazon Jeff Bezos installe une chaise vide autour de la table, et enjoint chaque participant à considérer que le consommateur final y est installé.

-
- © -
Nina Godart