BFM Business

Pourquoi les crèches Babilou ouvrent leur capital à un fonds international

Babilou accueille le fonds TA Associates dans son capital pour accélérer son extension internationale. Contrôlé majoritairement par la famille fondatrice, le spécialiste des crèches privées vise d'autres continents que l'Europe où il s'est déjà développé, avec une percée en Allemagne.

Le monde est la nouvelle frontière de Babilou. L’entreprise familiale créée en 2003 fait entrer dans son capital TA Associates, un fonds d’investissement international d’origine américaine, pour financer sa croissance sur de nouvelles géographies.

"Nous avons invité à notre capital un partenaire capable de nous accompagner dans des zones géographiques où nous ne sommes pas, après trois ans de développement en Europe" explique sur l’antenne de BFM Business Rodolphe Carle, PDG de cette entreprise spécialiste des crèches d’entreprises et pour les collectivités.

Un chiffre d’affaires de 250 millions d’euros en 2016

Babilou, qui a réalisé 250 millions d’euros de chiffre d’affaires en 2016, conserve à son capital ses actionnaires historiques que sont Cobepa (société d’investissements privée indépendante), la Société Générale et le fonds français Raise, spécialisé dans le financement des ETI de croissance.

"Nous gardons la majorité du capital. C’est indispensable car les fonds d’investissement ne font que passer que quelques années chez nous. Or notre groupe a une vision de long terme" souligne le dirigeant.

L’entreprise est aujourd'hui implantée en Belgique, Suisse et, surtout, en Allemagne. Outre-Rhin, l’entreprise familiale prévoit, en trois ans de présence, de finir l'année en cours numéro un des crèches privées avec 5.000 berceaux (contre 10.000 en France) et plus de 60 établissements.

Les États-Unis en ligne de mire, mais pas uniquement

Parmi les nouveaux marchés internationaux que vise Babilou, les États-Unis sont en tête de liste. "Il y a énormément d’acteurs mais si vous prenez le leader mondial, l’américain Bright Horizons, celui-ci n’a que 3% de son propre marché. Cela nous laisse beaucoup de perspectives de croissance outre-Atlantique mais pas seulement" ajoute l’entrepreneur.

"On a l’ambition d’être présent dans le monde entier. Outre l’Amérique du nord, il y a d’autres géographies qui nous intéressent grandement, en Asie ou en Amérique du sud notamment" affirme le dirigeant de Babilou. 

Lire la suite sur plusgrandplusfort.fr (édité par BFM Business)

Frédéric Bergé
https://twitter.com/BergeFrederic Frédéric Bergé Journaliste BFM Éco