BFM Business

Pour l'Europe, un burger c'est de la viande et rien d'autre

L'Europe veut faire le clair sur les terminologies comme steack ou burger.

L'Europe veut faire le clair sur les terminologies comme steack ou burger. - pexels- CC

La commission agriculture du parlement européen a adopté un amendement pour que les préparations végétariennes ou vegans ne puissent plus être commercialisées sous les termes de burger et steak. Ils veulent mettre fin à la confusion dans l'esprit des consommateurs.

Les produits végétariens fleurissent dans les rayons des supermarchés ou bien au menu des restaurants: on y trouve donc des steaks de soja, des saucisses végétales ou encore des burgers où pas une once de viande n'a été utilisée. Pour le Parlement européen, c'en est trop. La commission agriculture vient d'adopter un amendement pour que les termes et noms évoquant la viande soient exclusivement réservés aux parties animales comestibles, selon Euractiv. Une initiative qui a été portée par le député européen Eric Andrieu, dans le cadre de la PAC post 2020. Tous les ersatz à base de protéines végétales ne pourront plus porter le nom de steak, saucisse, escalope, burger et hamburger. Les députés français avaient eux aussi tentés d'interdire ces appellations dans le cadre de la loi alimentation, mais le conseil Constitutionnel avait rejeté cet amendement.

Une nouvelle qui a suscité la colère des industriels de l'agro-alimentaire spécialisés dans les produits végétariens, mais aussi des associations de défense des animaux. Pour les députés européens, cette démarche veut aller dans le sens commun du consommateur : "Nous pensons que le mot steak doit être utilisé pour parler de viande et pas de produits végétaux ", s'est défendu Eric Andrieu face à la presse, et d'ajouter que cela permet au consommateur de savoir ce qu'il ingère. 

Le lait, c'est de la vache... ou de l'amande

L'amendement concerne aussi les termes de lait, beurre ou encore yaourt qui ne peuvent être constitués qu'à partir de lait animal. Il s 'agit d'inscrire dans le droit européen le principe d'un arrêté de la Cour européenne de justice de 2017. Il rappelait que les produits purement végétaux ne peuvent pas être commercialisés avec des dénominations qui, telles les dénominations "lait ", "crème", "beurre", "fromage" ou " yoghourt", sont réservées par le droit de l’Union aux produits d’origine animale. A quelques exceptions près, comme le lait d'amande, le lait de coco ainsi que les beurres de cacao ou de cacahuète.

Les consommateurs vont cependant devoir patienter avant que l'agroalimentaire change ses pratiques. En effet, les élections européennes vont se tenir le mois prochain, et les prochains députés européens peuvent décider de tout remettre à plat. Ce qui peut laisser le temps aux professionnels de chercher de nouvelles appellations pour leurs produits végétariens.

Coralie Cathelinais