BFM Business

Picard retente la viande de bœuf

Picard relance ses produits à base de boeuf

Picard relance ses produits à base de boeuf - -

Sortie des rayons après l'affaire de la viande de cheval, Picard a annoncé, ce vendredi 25 octobre, le retour de sa gamme de plats à base de boeuf. Un scandale qui a coûté 2% du chiffre d'affaires du groupe.

Après le scandale de la viande de cheval, Picard marche sur des œufs. Le groupe de produits surgelés a annoncé, ce vendredi 25 octobre, le retour dans ses rayons de sa gamme de plats cuisinés à base de bœuf.

"Aujourd'hui, 100% de la viande de boeuf vendue chez Picard est garantie VBF (Viande Bovine Française)", a déclaré un porte-parole de l'enseigne française de surgelés, joint par l'AFP.

Estampillé "Viande Bovine Française

La marque a changé son mode d'approvisionnement (et a notamment rompu ses relations avec son fournisseur Comigel) après avoir été touchée par le scandale de la viande de cheval.

Concrètement, les deux plats à base de bœuf qui avaient posé problème (hachis parmentier et lasagnes) reviennent aujourd'hui dans les rayons, et l'étiquetage de l'ensemble de la gamme a été revu et est progressivement modifié.

Pour le moment, "60% de la gamme" est visuellement estampillée VBF, mais elle le sera "entièrement d'ici la fin de l'année", une fois que Picard aura procédé au remplacement des anciens emballages, a précisé le porte-parole.

Ouverture de magasins

La promotion des plats cuisinés à base de bœuf (qui pèsent 20% du chiffre d'affaires de la marque) recommencera "après les vacances de la Toussaint", a-t-il ajouté. Picard espère redresser la barre grâce à la période de Noël, alors que les ventes sur ces plats accusent encore un recul de 25% à 28% par rapport à la normale.

Le scandale de la viande de cheval a amené la marque à renforcer son contrôle qualité. Picard s'engage désormais à effectuer 1.200 tests ADN par an sur les plats à la sortie de ses usines.

Alors que le scandale sanitaire s'éloigne, l'enseigne estime qu'il devrait avoir un impact "de l'ordre de 2% sur le chiffre d'affaires" de l'exercice 2013, conjugué aux effets de la crise économique.

L'épisode devrait également rogner "environ un point" sur la marge opérationnelle (Ebitda) du groupe, selon le porte-parole de Picard. "Sur l'ensemble de l'année, Picard finira avec un chiffre d'affaires en léger retrait à périmètre constant", estime au Figaro Philippe Pauze, PDG de Picard. Mais l'enseigne prévoit quand même d'ouvrir 22 à 24 magasins en France en 2013.

Diane Lacaze & AFP