BFM Business

Non l'Europe ne veut pas la peau du camembert normand, au contraire

-

- - -

Sur Twitter le député Gilbert Collard affirme que l'UE veut interdire le camembert fabriqué en Normandie. C'est faux et c'est même tout le contraire. Explication.

Le camembert est-il en danger? A en croire Gilbert Collard, l'Union Européenne veut interdire le camembert fabriqué en Normandie. C'est ce qu'affirme le débuté Front National du Gard sur son compte Twitter. Un message partagé des centaines de fois sur le réseau social.

La France serait-elle sur le point de perdre sa souveraineté sur le fromage? Pas vraiment. Depuis le 1er mai, une réforme est venue modifier le cahier des charges pour le camembert AOP. Sur la demande des producteurs et appuyé par la France, la Commission européenne a donc simplement validé cette modification qui impose désormais au producteur qu'au moins la moitié de leur vache soient de race Normande pour pouvoir bénéficier du label AOP. 

La Commission européenne n'a rien interdit

Que vient faire la Commission européenne là-dedans? Il faut savoir que le camembert bénéficie d'en AOC depuis 1983 en France. En 1992, ce même cahier des charges a été validé par la Commission européenne afin de protéger le produit au niveau communautaire. C'est de cette année-là que date l'AOP "camembert de Normandie". Or, comme le cahier des charges a évolué sur la demande des producteurs eux-mêmes, la Commission a validé cette modification tout simplement.

Le camembert fabriqué en Normandie n'est pas du tout interdit ni même d'ailleurs l'étiquette "fabriqué en Normandie" comme le laissent entendre certains médias. Les producteurs de camembert AOP pourront bien sûr l'utiliser mais même -pour le moment- ceux qui ne respectent pas le cahier des charges. Cette mention peut être alors considérée comme susceptible de tromper le client en lui donnant l'impression que le produit acheté est bien un véritable "camembert de Normandie AOP" même s'il ne respecte pas le cahier des charges. 

Mais en la matière, la Commission européenne n'a pas légiféré et c'est aux Etats de prendre les mesures d'interdiction nécessaires. En France c'est à la DGCCRF d'intervenir s'il y a risque de tromperie. 

Bref, il n'y a pas d'ingérence de l'Union Européenne dans le fromage français. 

"C'est une tromperie pour le consommateur"

Pourquoi une telle volonté des producteurs pour protéger le camembert?

Comme l'explique ce producteur sur RMC, il y aurait des abus susceptibles de tromper le consommateur:

"Il y a aujourd'hui deux types de camembert. D'abord le 'camembert de Normandie', une appellation d'origine protégée (AOP) respectant un cahier des charges stricte qui impose de réaliser un fromage à base de lait cru provenant à 50% de vaches normandes, nourries par du fourrage provenant de la ferme et produit dans le Calvados, l'Orne ou la Manche. Et il y a le camembert 'fabriqué en Normandie'. Mais c'est une tromperie pour le consommateur, sur le dos duquel les deux grands groupes industriels qui le produisent se font de l'argent. On croit acheter un camembert d'appellation d'origine parce qu'il y a marqué 'de Normandie' sur l'emballage. Et les producteurs qui fabriquent du lait pour cette tromperie ne sont pas payés plus pour autant. Il faut que ça s'arrête, on trompe le consommateur et on n'améliore pas le quotidien des producteurs de lait. Ça paraît très proche: camembert de Normandie, camembert fabriqué en Normandie. Alors qu'il y a un écart énorme, sur la recette et sur les conditions de production de lait. Et pour nous, producteurs de vrais camembert de Normandie, c'est une concurrence déloyale."

Un producteur qui par ailleurs se félicite du travail de Bruxelles:

"Le système d'étiquetage - AOC, label rouge -, s'est fait au fil du temps. L'évènement majeur a été la reconnaissance des appellations d'origine protégée (AOP) par l'Union européenne, en 1992. Mais entre les délais d'application, la réécriture des cahiers des charges en 2007 pour renforcer la protection des appellations, puis un nouveau délai d'application… Tout ça nous mène à aujourd'hui, où enfin, Bruxelles interdit l'usage du terme 'fabriqué en Normandie' (NDLR. Ce n'est pas vraiment le cas comme nous l'avons dit plus haut). On peut dire que Bruxelles a sauvé le camembert de Normandie."
Frédéric Bianchi
https://twitter.com/FredericBianchi Frédéric Bianchi Journaliste BFM Éco