BFM Business

Medaviz, la start-up qui s’attaque à sa façon aux déserts médicaux

Cette société bretonne permet d’entrer en contact avec des médecins de différentes spécialités à tout moment, par téléphone ou par messagerie. Objectif: rassurer suite à un symptôme, expliquer le diagnostic d’un médecin et donner des conseils.

Rassurer un patient inquiet sans qu’il n’aille encombrer les services médicaux : tel est l’objectif de Medaviz. Créée dans le Morbihan, cette permet d’entrer en contact avec des médecins de différentes spécialités à tout moment, par téléphone ou par messagerie.

"Medaviz permet d’offrir une première réponse médicale, dans des zones où obtenir un rendez-vous est compliqué, parce que ce sont des déserts médicaux", explique Stéphanie Hervier, cofondatrice de cette start-up. Il s’agit de rassurer suite à un symptôme, d’expliquer le diagnostic d’un médecin et de donner des conseils.

Une quarantaine de professionnels de santé peuvent être sollicités via le site : du médecin généraliste au chirurgien orthopédique en passant par l’infirmière ou l’ostéopathe. Tous ces professionnels de santé sont rançais, les médecins et pharmaciens sont inscrits à l’Ordre national de leur profession. "L’un de nos associés, qui fait partie de l’équipe fondatrice, est médecin. Il a 68 ans et une vraie expérience de recrutement. Il a été directeur d’un hôpital à domicile", souligne Stéphanie Hervier.

Négociations avec trois mutuelles

Comme il est d’usage dans les start-up du domaine médical, Medaviz a choisi de se rémunérer par l’intermédiaire de d’autres sociétés. Elle entend vendre son service par abonnement à des entreprises, qui le proposeront à leurs salariés, ainsi qu’à des mutuelles qui pourront l’inclure dans leurs prestations. Elle démarche également des assureurs et des sociétés de services pour les seniors. Pour l’instant, la start-up a signé avec une société de services aux seniors, qui lui garantit l’accès à 40.000 usagers et des négociations sont actuellement en cours avec trois mutuelles.

Depuis le 1er juin, la plateforme est aussi accessible directement. Tous patients peut solliciter l’avis d’un médecin moyennant 3,95 euros la minute. "Ce permet d les Français mais aussi les 2 millions d’expatriés francophones", rappelle l’entrepreneuse. "On pense également à la population d’Afrique francophone", ajoute cette jeune maman.

Des concurrents déjà en place

Pour l’heure, Medaviz ne permet pas d’échanger par visioconférence. "La visio-consultation fait partie des voies de développement mais pour l’instant ce n’est pas dans les priorités, les contraintes réglementaires étant tout autres que du conseil par téléphone", souligne Stéphanie Hervier. 

Pour s’imposer, Medaviz devra réussir à se faire connaître auprès des patients, dans un contexte où ce service est déjà proposé par d’autres start-up française : à l’image de MedecinDirect et MesDocteurs.com. 

Medaviz fait partie des trois finalistes de la saison 11 de BFM Académie, dont le gagnant sera connu ce lundi 20 juin.

Adeline Raynal