BFM Business

Loisirs Enchères, la start-up qui vous laisse fixer le prix de vos vacances

Cette start-up bordelaise édite un site de vente aux enchères de prestations de loisirs: nuit dans un lieu insolite, saut en parachute ou soin des pieds... Il y en a pour tous les goûts.

À la croisée entre eBay et Groupon, un site de vente en ligne a vu le jour l’an dernier à Bordeaux: Loisirs Enchères. Lancé en juillet 2015, cette plateforme présente des offres limitées dans le temps pour des activités de loisirs, des places de spectacles, des nuits d‘hôtels, etc.

À chaque fois, ce sont les internautes inscrits sur le site qui fixent le prix qu’ils sont prêts à payer via un système d’enchères. Celui qui s’engage à payer le plus remporte le service, règle sa commande et imprime le bon correspondant, comme cela se fait sur Groupon. Contrairement à d’autres sites, aucun pourcentage de réduction n’est garanti pour l’internaute. À ce jour, la start-up revendique 100.000 clients et 400 prestataires partenaires.

Seulement quelques heures pour se décider

Les enchères durent de 15 minutes à une semaine selon la prestation. Dans la majorité des cas, elles ne sont souvent ouvertes que quelques heures. "Nous proposons dix nouvelles offres par jour grâce à six dénicheurs: cinq basés à Bordeaux et un à Paris", précise Thomas Boisserie, le président de cette start-up. Ces commerciaux démarchent essentiellement par téléphone des prestataires implantés dans des zones où le site attire le plus de trafic. En face, Groupon fait figure de géant avec ses 300 commerciaux sur le terrain.

Pour l’instant, Loisirs Enchères met en avant des services disponibles en France, sur le pourtour du bassin méditerranéen et dans quelques destinations hors d’Europe dont l’Asie du Sud-Est et l’Amérique du Nord. "Nous souhaitons faire venir le grand public vers des offres plutôt atypiques, de charme", explique Thomas Boisserie.

Aucune commission mais des "frais de dossier" fixes

Le site bordelais se rémunère grâce à ce qui est présenté comme des "frais de dossier" dont le montant dont la valeur varie selon le montant de la vente, généralement de 5 à 50 euros. Pour les convaincre de proposer leurs services aux enchères, avec un prix de départ de 1 euro, Loisirs Enchères propose aux prestataires de réaliser quelques enchères tests, afin de vérifier que les offres intéressent bien la clientèle du site avant un engagement sur de plus gros volumes.

Autant dire que la plateforme a aucun intérêt à ce que la prestation trouve preneur et s’assure donc de la montée des enchères, à grand renfort de marketing. "C’est à nous d’attirer suffisamment de monde sur le site, comme un commissaire-priseur communique sur ses ventes pour attirer des amateurs", indique Nicolas Lauret, directeur marketing du site, qui mise notamment sur les publicités via l’application mobile de Facebook et les campagnes d’e-mailing.

Un concept venue d'Hollande

Le concept de vente aux enchères en ligne de prestations de loisirs n’est pas réellement nouveau en Europe, bien que méconnu en France. "Nous nous sommes inspirés d’un site hollandais qui existe depuis huit ans", précise d’ailleurs Thomas Boisserie. Il est d’ailleurs associé à des Néerlandais et à un Espagnol pour mener à bien ce projet.

L’équipe d’une vingtaine de collaborateurs vise 8 millions d’euros de chiffre d’affaires pour son prochain exercice. Pour se développer, elle espère lever 1 à 3 millions d’euros d’ici à la fin 2016.

Loisirs Enchères fait partie des trois finalistes de la saison 11 de BFM Académie, dont le gagnant sera connu ce lundi 20 juin.

Adeline Raynal