BFM Business

Lidl offre 2.000 euros aux éleveurs gagnant moins de 4.300 euros par an

Lidl a collecté 4 millions d'euros pour les reverser aux éleveurs en grande difficulté.

Lidl a collecté 4 millions d'euros pour les reverser aux éleveurs en grande difficulté. - AFP - Jean-Francois Monier

L'enseigne de hard-discount va verser 4 millions d'euros à 2.000 jeunes éleveurs en grave difficulté économique. Une première en France, selon la Mutualité Sociale Agricole, partenaire du projet.

Lidl veut donner un coup de pouce aux éleveurs français les plus menacés par la baisse des prix du lait. La filiale française du géant allemand du hard-discount vient d'annoncer qu'elle allait reverser plus de 4 millions d'euros à deux milliers d'éleveurs en difficulté.

En mars dernier, Lidl a en effet pris la décision de ponctionner 3 centimes sur chaque brique de lait "Envia" vendue dans ses magasins. Une collecte effectuée entre le 1er mars et le 1er septembre qui a permis à l'enseigne de récolter un peu plus de 4 millions d'euros. Un huissier a été missionné pour faire le décompte des briques vendues. 

Moins de 4.248 euros par an

Lidl a souhaité redistribuer cette somme aux éleveurs qui souffrent le plus. Pour ce faire, l'enseigne s'est associée à la Mutuelle Sociale Agricole (MSA) seule à même de dresser une liste fiable de bénéficiaires. "Ils sont venus nous voir pour nous dire qu'ils voulaient verser 2.000 euros par exploitant, explique Michel Brault, le directeur général de la Caisse centrale de la MSA. Ils voulaient privilégier les éleveurs bovins de moins de 39 ans, installés depuis moins de 4 ans." En fonction de ces critères, la MSA a dressé une liste de bénéficiaires dont les revenus sont inférieurs à 4.248 euros par an. "Oui! Par an, martèle Michel Brault, car telle est la réalité pour des milliers d'exploitants en France." Une liste que la MSA n'a pas transmise au distributeur afin de préserver l'anonymat des bénéficiaires.

C'est en tout cas la première fois qu'une telle redistribution a lieu en France, assure-t-on du côté de la MSA. Mais l'initiative pourrait donner des idées à d'autres enseignes. "À ce jour, nous n'avons aucun contact avec d'autres distributeurs", souligne Michel Brault. Même si certaines enseignes comme Carrefour mettent en avant des initiatives favorables aux producteurs comme avec la vente de cette brique de lait dont le prix est fixé par les consommateurs. Des décisions saluées par les éleveurs qui préféreraient néanmoins une hausse du prix du lait.

Frédéric Bianchi
https://twitter.com/FredericBianchi Frédéric Bianchi Journaliste BFM Éco