BFM Business

Les ventes de drapeaux français s'envolent

Avec les attentats du 13 novembre dernier, les Français ont à cœur d'afficher leur patriotisme. En conséquence, les ventes de drapeaux sont en forte hausse et les fabricants voient les commandes affluer.

C'est une des conséquences des attentats du 13 novembre dernier. En réaction aux attaques dont la France a fait l'objet, les Français ont à coeur de montrer leur fierté d'appartenir au pays.

Pour cela, rien de plus simple que d'accrocher un drapeau à son balcon. Un acte de patriotisme simple qui rallie de nombreux Français. Il faut dire que le drapeau reste une valeur refuge. "Il présente l'avantage d'être un objet qui dit une chose en lui-même et donc cela se passe de mots" alors que les Français "ont du mal à exprimer leur appartenance au pays", explique Gérard Mermet, sociologue au centre d'étude de la Francoscopie.

À tel point qu'aujourd'hui les ventes de drapeaux tricolores explosent littéralement. Les ateliers de fabrication tournent ainsi à plein régime. "En une semaine j'ai vendu l'équivalent de deux mois de drapeaux français que je vendais auparavant", explique Karine Quoniam, la gérante de Paris Drapeaux.

Comme le 11 septembre

Elle n'est pas la seule. Le groupe Doublet, basé à Avelin, à 15 kilomètres de Lille voit également sa production tirée vers le haut avec des ventes de drapeaux français multipliées par deux. "D'ordinaire les drapeaux français représentent 2 à 3% de notre production. Actuellement on est plutôt entre 15 et 20% depuis dimanche (le dimanche qui a suivi la journée des attentats ndlr)", explique son directeur commercial Olivier Fabre.

"Ce qui est très surprenant c'est la demande venant des particuliers", poursuit-il, alors que son groupe fournit surtout les entreprises, les mairies et les écoles. "Le week-end dernier nous avons eu 40 commandes sur Internet. Les particuliers en représentaient 37. D'ordinaire il y en aurait eu une ou deux". Ce n'est pas la première fois que son entreprise voit ses chiffres être catalysés par un tragique événement.

"Nous avons une filiale américaine et, en 2001, après le 11 septembre, il y avait eu une forte croissance des ventes de drapeaux américains, même en France", explique Olivier Fabre.

On évite toutefois de se réjouir chez Doublet. "D'habitude c'est quand une équipe sportive réussit des exploits que nos ventes augmentent. Là les ouvriers se souviendront avoir conçu ces drapeaux après ces événements. Donc on ne court pas après", souligne Olivier Fabre.

J.M. avec BFMTV