BFM Business

Les traitements contre le cancer de Medivation n'attirent pas que Sanofi

Medivation pourrait se faire racheter.

Medivation pourrait se faire racheter. - Medicine cost - Flickr

"Sanofi est intéressé par la biotech américaine. Mais le laboratoire français n'est pas le seul. Pfizer et Amgen seraient également sur les rangs."

Après Sanofi, c'est à Pfizer et Amgen de se montrer intéressés par Medivation. La biotech américaine a ouvert ses comptes aux deux groupes américains. C'est ce qu'a indiqué à l'AFP une source proche du dossier sous couvert d'anonymat. Spécialisée dans les traitements anti-cancéreux, Medivation a fait signer à Pfizer et Amgen un accord de non divulgation pour leur fournir des informations confidentielles. Il n'est toutefois pas certain que cela débouche sur une offre d'achat d'un des deux groupes, a prévenu cette source.

Cette démarche tranche toutefois avec le refus de Medivation d'engager toute négociation avec Sanofi, qui la menace d'une OPA hostile actuellement de 9,3 milliards de dollars. Le groupe français, qui veut étoffer sa branche oncologie sur fond de forte croissance des traitements contre les cancers, s'est dit prêt à relever ce prix.

2,2 milliards de dollars pour Xtandi

En dépit de ces bonnes dispositions, la start-up californienne, fondée en 2013 par David Hung, continue d'indiquer que cette proposition la sous-évalue et n'est pas dans l'intérêt de ses actionnaires. L'unique médicament de Medivation sur le marché pour le moment, Xtandi, a généré en 2015 un chiffre d'affaires de 2,2 milliards de dollars, soit davantage que l'ensemble des activités en oncologie de Sanofi sur la même période. Les ventes de Xtandi devraient en outre fortement croître cette année et Medivation a deux autres anti-cancéreux prometteurs en cours de développement.

JPMorgan Chase, banque conseil de la biotech, et le groupe pharmaceutique Amgen se sont refusés à tout commentaire. Pfizer n'a pas donné suite. S'il venait à mettre la main sur Medivation, Pfizer pourrait se consoler en partie de l'échec de son mariage à 160 milliards de dollars avec son compatriote Allergan et surtout le groupe renforcerait sa division de produits innovants -oncologie et immunothérapie- avant la scission en deux de l'entreprise attendue pour 2017.

D. L. avec AFP