BFM Business

Les restaurateurs auront leur "comité stratégique"

Sylvia Pinel, la ministre de l'Artisanat, du Commerce et du Tourisme, a annoncé la création d'un comité stratégique pour la restauration.

Sylvia Pinel, la ministre de l'Artisanat, du Commerce et du Tourisme, a annoncé la création d'un comité stratégique pour la restauration. - -

Sylvia Pinel, la ministre du Commerce, a annoncé, vendredi 23 novembre la création d'un "comité stratégique" afin de répondre aux attentes du secteur. Les professionnels, eux, sont plutôt partagés.

La grogne des restaurateurs après l’annonce d’une hausse de la TVA, qui passera de 7 à 10% au 1er janvier 2014, aura porté ses fruits. Sylvia Pinel, la ministre de l'Artisanat, du Commerce et du Tourisme, en charge du dossier de la restauration, a annoncé ce vendredi la création d'un "comité stratégique" pour préparer l'avenir avec les professionnels du secteur.

"Je souhaite pour les cinq prochaines années construire une feuille de route (qui) recensera les principales orientations" pour le secteur, a expliqué la ministre. "J'ai proposé la mise en place d'un comité stratégique" qui s'attachera notamment "à promouvoir une restauration durable et symbole de l'excellence française", a-t-elle ajouté.

Cette nouvelle entité devrait être mise en place au premier trimestre 2013. Elle pourrait comprendre 50 à 60 membres, dont les nombreuses organisations représentant les restaurateurs, les syndicats de salariés, les consommateurs, les fournisseurs, les artisans des arts de la table, les parlementaires ou encore des élus locaux.

Les engagements de l'ex-majorité "flous" et "manquant de cohérence"

Lors de son intervention, Sylvia Pinel a ainsi défini ses priorités pour la restauration : "le dialogue social", "la formation" et la "qualité des établissements". "Nous avons un an pour travailler à la manière (dont la hausse de la TVA) va se répercuter".

La ministre a par ailleurs "conclu à un bilan contrasté" des engagements qui avaient été pris trois ans plus tôt, en échange de la baisse de la TVA. Si, pour elle, les répercussions sur l’emploi ont été satisfaisantes, ce n’est pas le cas de la formation et des prix. La faute à l’ancienne majorité et ses engagements "flous" et "manquant de cohérence".

De leur côté, les restaurateurs se sont félicités de "ce bilan partagé qui permet de clore le chapitre" de la TVA. Mais ils attendent de voir les retombées du pacte de compétitivité annoncé par le gouvernement sur leurs entreprises.

Ils sont plus réservés quant au "comité stratégique", qui ne va pas "permettre de prendre de décisions", selon Didier Chenet, le président du Synhorcat, et "risque d'être difficile" à diriger car "les objectifs et les missions des uns et des autres sont un peu éloignés", selon le vice-président de l'Umih Hervé Becam.

BFMbusiness.com