BFM Business

Les laboratoires passent à la caisse aux Etats-Unis pour solder la crise des opiacés

Des pilules de médicaments (photo d'illustration)

Des pilules de médicaments (photo d'illustration) - JOHN MOORE / GETTY IMAGES NORTH AMERICA / AFP

Un premier accord à l'amiable de 260 millions de dollars a été conclu entre l'Etat américain de l'Ohio, trois laboratoires et un distributeur. Une première étape qui pourrait être généralisée aux 2700 autres plaintes.

Le grand procès du scandale des antidouleurs contenant des opiacés aux Etats-Unis n'aura pas lieu. Un accord à l'amiable a en effet été trouvé juste avant la tenue ce lundi de la première audience dans l'Etat américain de l'Ohio, opposant des géants pharmaceutiques et des Etats et collectivités locales, a annoncé un juge fédéral.

Cet accord partiel de dernière minute, âprement négocié après l'échec vendredi d'une précédente tentative de conciliation, propose une transaction d'un montant de 260 millions de dollars selon le Washington Post en échange de l'annulation du procès. Il ne concerne que deux comtés et s'applique à trois grands distributeurs et un laboratoire israélien.

Mais surtout, l'accord pourrait être étendu à l'ensemble des 2.700 plaignants et se chiffrer en dizaines de milliards de dollars dans une affaire qui secoue le secteur américain de la santé depuis plus d'une décennie. On parle en effet d'une base proposée de 48 milliards de dollars, dont 18 milliards en cash, soit l'accord global le plus important signé depuis celui trouvé avec les grands cigarettiers américains en 1998. 

130 overdoses mortelles par jour

"Les efforts du juge (Dan) Polster pour résoudre le litige fédéral des opiacés ont permis des accords de principe avec nos clients, les comtés de Cuyahoga et Summit", particulièrement touchés par cette crise qui tue quelque 130 personnes par overdose par jour aux Etats-Unis, ont déclaré les avocats dans un communiqué.

Ce procès devait rassembler 2.300 plaignants, des Etats, des comtés, des municipalités ainsi que des tribus indiennes. En face, quelques-uns des géants mondiaux de la distribution de médicaments: Cardinal Health, Amerisource Bergen et McKesson Corp, le fabricant israélien de médicaments génériques Teva, la chaîne de pharmacies Walgreen Boots Alliance, ainsi qu'un petit distributeur de l'Ohio, Henry Schein.

Le laboratoire Johnson & Johnson a de son côté déjà négocié un accord amiable de 20,4 millions de dollars avec deux comtés de l'Ohio qui font partie des 2.300 plaignants. En août, la firme avait déjà reçu l'ordre de payer 572 millions de dollars à l'Oklahoma pour compenser les dépenses que cet Etat du centre du pays a dû engager pour faire face à la crise des opiacés.

Des producteurs et distributeurs conscients des dangers

Le laboratoire Purdue, fabriquant du célèbre opiacé OxyContin a vu les plaintes contre lui suspendues depuis qu'il s'est placé en septembre sous la protection de la loi des faillites, proposant de payer entre 10 et 12 milliards de dollars pour solder les plaintes à son encontre.

La plainte à l'origine de la procédure affirme que producteurs et distributeurs étaient tout à fait conscients des dangers que représentaient leurs antidouleurs, notamment le fentanyl, cinquante fois plus puissants que l'héroïne et donc puissamment addictifs, avec lesquels ils ont inondé le marché ces 15 dernières années. Ignorant les signaux d'alarme, ils en ont tiré des profits faramineux.

Une crise au coût colossal pour la société américaine

"Tous les experts ayant étudié ce problème estiment que notre pays sera confronté aux retombées de ce type de drogues pendant des années", a souligné la semaine passée le procureur général de l'Ohio, Dave Yost. "Tout l'argent récupéré doit être utilisé pour régler ce problème et ne doit pas être utilisé à autre chose".

Le montant de l'accord ne représenterait néanmoins qu'une partie du coût réel de cette épidémie des opiacés, qui a provoqué la mort de 400.000 personnes entre 1999 et 2018. Une étude publiée la semaine passée a estimé que la crise avait coûté au moins 631 milliards de dollars entre 2015 et 2018. Pour cette année seulement, des montants de 172 à 214 milliards de dollars sont évoqués.

OC avec AFP