BFM Eco

Les jouets et jeux de société, grands gagnants du confinement

Les ventes de jeux de société et de jouets ont bondi pendant le confinement

Les ventes de jeux de société et de jouets ont bondi pendant le confinement - PHILIPPE HUGUEN / AFP

Les achats de jeux de société ont explosé pendant le confinement. Mais avec l'arrivée des vacances de printemps, les Français se sont également tournés vers les jeux de plein air dont les ventes ont progressé de 20% entre le 13 et le 19 avril par rapport à la même semaine un an plus tôt.

C’est l'un des rares secteurs à tirer profit de la crise. Depuis le début du confinement, les ventes de jeux et de jouets sont en forte hausse. Signe que les consommateurs cherchent à se divertir en cette période particulière. En France, les ventes de jeux de société par exemple ont bondi de 83% entre le 16 et le 22 mars par rapport à la même période l’an passé, selon le cabinet NPD Group.

Et la tendance s’est poursuivie et même renforcée depuis avec une hausse de 20% des achats des jouets de plein air la semaine du 13 au 19 avril qui coïncide avec les vacances printemps. C’est quatre points de plus qu’en 2019. "Une occasion pour les enfants qui ont la chance d’avoir un jardin de profiter de l’arrivée des beaux jours pour passer un peu plus de temps à l’extérieur" malgré le confinement, explique-t-on chez NPD Group. 

37% des Français jouent plus qu'avant le confinement

Le segment "plein air" s’est ainsi imposé comme le plus performant après les jeux de société avec l’arrivée des vacances de printemps. Dans cette catégorie, les aires de jeu, les maisons et toboggans Smoby mais aussi les pistolets Nerf et les quilles Molkky enregistrent les meilleures ventes. 

"Pendant le confinement, les loisirs et activités ludiques occupent plus que jamais une place centrale et nécessaire à l’équilibre de la famille. Avec l’arrivée des beaux jours, les parents souhaitent voir leurs enfants jouer en extérieur et s’aérer s’ils en ont la possibilité et leurs achats évoluent vers des catégories plus en phase avec la saison", souligne Frédérique Tutt, experte du marché du jouet pour NPD Group. 

Au total, 37% des Français déclarent jouer davantage avec des jeux et jouets depuis le début du confinement. C’est plus que les Allemands (seulement 27%) et les Anglais (31%). Cet engouement est surtout marqué chez les 18-34 ans (53%) et pour les parents d’enfants mineurs (47%). Mais 22% des personnes sans enfants déclarent aussi avoir passé plus de temps à jouer pendant le confinement. 

Des achats prévus avant la fin du confinement

Bonne nouvelle pour les fabricants de jeux et de jouets, plus d’un Français sur cinq (21%) prévoit de continuer à acheter des jeux et jouets avant la fin du confinement. C’est plus que les Allemands (18%) mais moins que les Anglais (25%). 

Compte tenu de la fermeture des magasins physiques, les consommateurs se tournent de plus en plus vers Internet pour s’en procurer. Ainsi, 54% d’entre eux comptent passer par des enseignes pure players type Amazon ou Cdiscount. 37% les achèteront leurs jeux et jouets sur les sites internet d’enseignes culturelles (Fnac, Cultura, etc.) et un tiers (34%) auprès des hyper et supermarchés (en magasin, en drive ou Internet). Un Français sur quatre passera directement par les sites internet des fabricants de jouets et 20% par ceux des enseignes de jouets. 

"En ces circonstances exceptionnelles, nos chiffres montrent que les comportements d’achat des Français évoluent. Ceux-ci représentent une opportunité pour les distributeurs ayant développé une offre multi canal. A la fin de l’année 2019, la part des ventes de jeux et jouets effectuée sur internet se portait à 27,5% et affichait une croissance de +7% par rapport à 2018. Il y a fort à parier que ce pourcentage sera encore plus élevé pour l’année 2020.", conclut FrédériqueTutt. 
Paul Louis