BFM Business

Monopoly, Scrabble, puzzles… Les ventes de jeux de société explosent pendant le confinement

Le Monopoly est le jeu le plus vendu

Le Monopoly est le jeu le plus vendu - Pexels

Entre le 16 et le 22 mars, les ventes de jeux de société ont enregistré une croissance de 83% par rapport à la même semaine l'année précédente. Le Monopoly et la Bonne Paye restent les jeux les plus prisés.

Si certains marchés sont fragilisés par la crise sanitaire du coronavirus, d'autres tirent leur épingle du jeu. C’est notamment le cas des jeux de société pris d’assaut par les Français depuis le début du confinement. Selon le panéliste NPD, la liste des dix jouets les plus vendus entre le 16 et le 22 mars comporte "pour la première fois" dix jeux de société. 

Et les chiffres sont impressionnants. Sur cette semaine de référence, les ventes de jeux de société ont bondi de 83% par rapport à la même période en 2019. Les puzzles affichent même une croissance de 122%. 

"Nos chiffres montrent que les consommateurs ont misé sur des valeurs sûres pour toute la famille dès la mise en place du confinement. Alors qu’une période incertaine s’ouvre, les Français optent pour les grands classiques – des jeux et puzzles qui ont fait leur preuve depuis des générations et vont permettre d’occuper et de fédérer toute la famille autour d’activités simples et intemporelles pour évacuer du stress et resserrer les liens", explique Frédérique Tutt, expert mondial du marché du jouet chez NPD Group. 

Parmi les jeux les plus vendus, on retrouve en première position l’incontournable Monopoly, suivi de la Bonne Paye, du Scrabble, du Uno, des puzzles 1000, 500 et 1500 pièces… Viennent ensuite le Uno Deluxe Metal Box, le Trivial Pursuit Family Edition et le Monopoly Edition Tricheurs. 

Premier marché européen

La France confirme ainsi son statut de premier marché des jeux de société et puzzles en Europe. En 2019, son chiffre d’affaires a atteint 578 millions d’euros, soit une croissance de 10% par rapport à l’année précédente. A titre de comparaison, les marchés britannique et allemand des jeux de société étaient respectivement évalué à 392 et 473 millions d’euros l’an passé.

Selon Frédérique Tutt, "la crise sanitaire du Covid-19 impose de nouvelles contraintes à tous mais permet aussi de redécouvrir des réflexes transgénérationnels du vivre ensemble et du jouer ensemble". Pour expliquer ce succès indéniable dans l’Hexagone, il affirme que le secteur "a déjà fait preuve d’innovation et de créativité en surfant sur la tendance Kidultes et en réinventant ses codes pour séduire la génération YouTube".

Paul Louis