BFM Business

Les Français fous d'apéros

Le ticket moyen du repas au restaurant a augmenté de 20% en 2016. Et l'inflation n'est pas en cause. Les Français sont de plus en plus friands d'apéritif. Dehors comme à la maison, puisque les ventes de cacahuètes et autres chips décollent.

Les Français prennent de plus en plus l'apéritif. Pour les restaurateurs, ce moment de convivialité a fait gonfler le ticket moyen d'un repas de 20%. L'addition est passée de 11,9 euros à 14,5 euros en 2016, révèle une étude réalisée par The NPD Group.

D'autant que ces verres s'accompagnent souvent de grignotage -planche de charcuterie, de fromages et autres tapas- qui fait de plus en plus office de dîner. Et comme la tendance de l'apéro se retrouve aussi à la maison, les supermarchés et les industriels de l'agro-alimentaire y trouvent aussi leur compte.

62 euros par an pour l'apéro

Les ménages dépensent 62 euros par an seulement en accompagnements pour leurs cocktails et autres bières. Ainsi dans un marché de l'alimentaire qui stagne, les ventes de cacahuètes et de chips ne cessent de progresser, celles de tortillas s'envolent de près de 30%. Une aubaine pour les entreprises du secteur, comme Croc'frais, qui commercialise des olives, et dont le chiffre d'affaires a plus que doublé en quatre ans.

En parallèle, un nouveau marché se développe à toute vitesse: celui de la livraison de pique-nique apéritif. Des paniers que les clients commandent depuis des lieux publics. La célèbre enseigne de livraison de repas à domicile Allo Resto propose cet été ce service baptisé #Justpicnic dans Paris intra-muros. Un secteur sur lequel tentent déjà de s'imposer de nombreuses start-up, comme Let's Go Apero, L'ami Fred, Urbanity, et des dizaines d'autres. La concurrence fait rage dans ce marché évalué à près de 2 milliards d'euros.

Siegrid Piérard, édité par N.G.