BFM Business

Les Français confinés boudent le foie gras

Les ventes de foie gras mi-cuit ont par exemple décroché de -50% sur la semaine du 29 mars dans les hyper et supermarchés. (photo d'illustration)

Les ventes de foie gras mi-cuit ont par exemple décroché de -50% sur la semaine du 29 mars dans les hyper et supermarchés. (photo d'illustration) - JackMa34-CC

Restaurants et marchés fermés, exportations bloquées ... les ventes de foie gras, magrets et confits d'oie et de canard sont en chute libre. Les producteurs font appel à la solidarité des consommateurs et leur rappellent que ces produits sont tout à fait adaptés à la cuisine de confinement.

Les professionnels de la filière du foie gras ont alerté jeudi sur une forte chute des ventes, en raison des mesures de confinement liées à l'épidémie de coronavirus, et appelé à la solidarité de la distribution et des consommateurs.

Comme le champagne (-35%, selon les données remontées par l'institut Nielsen) et d'une façon générale les produits festifs, le foie gras figure rarement dans le liste de courses des Français. Pourtant les fêtes de Pâques sont traditionnellement une période de forte consommation de foie gras, magrets et confits d'oie et de canard, mais les professionnels sont confrontés à une "très forte chute des ventes", selon un communiqué du Comité interprofessionnel des palmipèdes à foie gras (CIFOG).

Cette baisse est "la conséquence de la fermeture des restaurants, une moindre mise en avant de leurs produits en grande distribution, aux fermetures des marchés et à l'arrêt des activités à l'exportation", selon la filière.

Près de 60% des débouchés de la filière sont à l'arrêt et le recul moyen des ventes des PME et des producteurs du secteur tous produits confondus depuis le confinement est d'environ -30%. Les ventes de foie gras mi-cuit ont par exemple décroché de -50% sur la semaine du 29 mars dans les hyper et supermarchés, selon le communiqué.

Un appel lancé à la distribution

Ces reculs de ventes font peser un "vrai risque sur les 100.000 emplois directs et indirects concernés", alerte le CIFOG, qui en appelle au soutien de la distribution pour une "plus forte mise en avant des foies gras, magrets et confits en magasin". 

Les producteurs appellent aussi à la solidarité des consommateurs français, assurant que "le magret et le confit se prêtent particulièrement à la cuisine de confinement grâce à leur facilité de conservation sous vide ou en conserve ainsi qu'à leur facilité de mise en œuvre en cuisine".

La situation est d'autant plus critique pour la filière qu'avant l'arrivée du covid-19, elle se relevait à peine des abattages massifs de 2016 et 2017, à la suite des crises aviaires. La production avait à l'époque chuté de 40%.

C.C. avec AFP