BFM Business

Les exportations de Cognac ne connaissent pas la crise

Le Cognac est resté le leader des vins et spiritueux à l'export, en 2013.

Le Cognac est resté le leader des vins et spiritueux à l'export, en 2013. - -

L'eau de vie a conforté sa première place à l'export dans le secteur des vins et spiritueux en 2013, avec un chiffre d'affaires de 2,4 milliards d'euros, selon des données officielles publiées vendredi 17 janvier. Les expéditions ont progressé en valeur malgré un recul des ventes en Asie.

Le Cognac est toujours le leader des vins et spiritueux à l'export. Selon un communiqué publié par le Bureau national interprofessionnel du cognac (BNIC) vendredi 17 janvier, les ventes à l'étranger se sont ainsi élevées à 2,4 milliards d'euros, soit une progression de 0,2%.

"Le secteur vins et spiritueux est le deuxième secteur d'exportation derrière l'aéronautique et le Cognac est premier dans le second secteur", devant les vins de bordeaux et le champagne, s'est félicité Jean-Marc Morel, le président du BNIC.

Néanmoins, en termes de volumes, 161,4 millions de bouteilles de Cognac ont été expédiées dans le monde, un chiffre qui marque un recul de 4% par rapport à 2012.

Campagne anticorruption

Ce fléchissement s'explique principalement par le marché asiatique et plus particulièrement la Chine. Dans ce pays, la campagne anti-corruption menée par le gouvernement a abouti une baisse de la consommation de Cognac.

Ainsi les exportations vers l'Asie ont baissé de 9,8% en volume et 3,8% en valeur.

"Il n'est pas anormal d'avoir une correction après une croissance en volume de près de 120% en 10 ans. Il y a un ralentissement du train de vie de l'État qui a des répercussions sur la consommation des spiritueux occidentaux, c'est particulièrement vrai sur les produits ultra-prestige et touche toute la filière luxe", a commenté Jean-Marc Morel.

"On reste confiants parce qu'il y a l'émergence d'une classe moyenne aisée en Chine. Tous les jours, des gens accèdent à un niveau de vie qui leur permet d'acheter nos produits", a souligné

Néanmoins, les mauvais chiffres enregistrés sur le marché asiatique ont été compensés par la croissance des exportations en Amérique du Nord, qui enregistrent une hausse de 2,1% en volume et 5,3% en valeur.

J.M. avec AFP