BFM Eco

Les étudiants infirmiers se plaignent de frais supplémentaires "illégaux" exigés par leurs écoles

-

- - -

Selon la fédération des étudiants en soins infirmiers, 45 % des instituts publics de formation en soins infirmiers imposeraient à leurs étudiants de payer des frais complémentaires "illégaux" lors de l’inscription. Parfois jusqu'à 335 euros de plus par an...

Les étudiant(e)s en soins infirmiers ont l'impression d'avoir été floués, en dépit d'une réforme censée faciliter l'accès à leurs études, marquée par la suppression du concours à l'école d'infirmier en cette rentrée 2019. Alors que celui-ci représentait une charge financière importante pour les futur(e)s étudiant(e)s à travers le coût et la préparation à ces épreuves, de nombreux étudiants se voient réclamer des frais supplémentaires d'inscription dans les IFSI publics, les instituts de formation en soins infirmiers.

Selon la fédération nationale des étudiant(e)s en soins infirmiers (IFSI), "124 des 272 IFSI publics exigent des frais allant jusqu’à 335 euros en plus des 170 euros de droits d’inscription et des 91 euros de CVEC (contribution de vie étudiante et de campus, NDLR) déjà nécessaires à l’inscription en formation pour l’année 2019/2020".

Ces frais que le syndicat étudiant qualifie "d'illégaux" sont justifiés auprès des étudiants de diverses manières: "location et entretien des tenues de stages", "frais de BU, "frais de reprographie", etc.

De leur côté, les futurs étudiants en soins infirmiers se sentent piégés. Le paiement de ces frais supplémentaires est souvent présenté par les IFSI comme une condition sine qua non pour valider l'inscription définitive à leur institut de formation, procédure initiée cette année via la plateforme Parcoursup, dans le cadre de la réforme supprimant le concours d'entrée.

En dépit de ces menaces, la FNESI appelle "les étudiant(e)s à ne pas payer plus que les 170 euros et les 91 euros exigés pour la rentrée 2019/2020 sans verser un centime de plus!".

Frédéric Bergé