BFM Business

Les dépenses de l'Assurance maladie en hausse en 2014

Les dépenses de soins de médecine générale ont augmenté de 3%.

Les dépenses de soins de médecine générale ont augmenté de 3%. - Philippe Huguen - AFP

Les dépenses ont progressé de 3,1% l'année dernière. L'Assurance maladie note "une croissance très forte des remboursements des produits de santé".

Le chiffre a dépassé les objectifs fixés par le gouvernement. Les dépenses du régime général de l'Assurance maladie ont progressé de 3,1% en 2014, notamment en raison des prix exorbitants des nouveaux traitements contre l'hépatite C, a annoncé lundi 26 janvier la Caisse nationale d'assurance maladie (Cnam).

"En 2014, les remboursements de soins du régime général ont progressé de 3,1% dont 3,6% pour les remboursements de soins de ville" (hors hôpital), indique la Cnam dans un communiqué.

"En données corrigées des jours ouvrés les évolutions sont respectivement de 3,3% et de 3,8%", est-il précisé.

Pour 2014, l'Assurance maladie note "une croissance très forte des remboursements des produits de santé" (médicaments et dispositifs médicaux) : +4,9% en 2014, après +1,1% en 2013, en données corrigées des variations calendaires.

Dans le détail, "les remboursements de médicaments délivrés en ville décroissent faiblement" en 2014 (-0,6%), mais les remboursements de médicaments prescrits en ville et délivrés à l'hôpital (dits de rétrocession hospitalière) augmentent de près de 70%. Une "forte hausse intégralement liée à l'arrivée de nouveaux médicaments efficaces et onéreux" contre l'hépatite C, début 2014, "dans le circuit de la rétrocession hospitalière". Le prix de l'un d'entre eux, le Sovaldi, du laboratoire américain Gilead, a été renégocié par le gouvernement en novembre dernier, pour atteindre 41.000 euros pour 12 semaines de traitement, contre 57.000 auparavant.

Hausse modérée des soins dentaires

Mais la facture finale liée à l'hépatite C, notamment, devrait baisser "significativement" pour l'assurance maladie, souligne-t-on au ministère de la Santé. Les laboratoires doivent en effet reverser la différence entre les prix provisoires initialement pratiqués et le tarif finalement fixé.

Par ailleurs, dans le cadre d'un mécanisme de régulation déjà existant, renforcé pour ces traitements, les laboratoires doivent aussi reverser certaines sommes dès que les dépenses de l'assurance maladie dépassent un certain seuil.

Les remboursements des autres produits de santé, comme les dispositifs médicaux, enregistrent "une progression encore soutenue" (+6%, contre +6,9% en 2013). Les plus fortes hausses s'observent également pour les soins d'auxiliaires médicaux (masso-kinésithérapie, soins infirmiers, etc.), avec une augmentation des remboursements de 5,4% en 2014, contre 7,8% en 2013, et pour les indemnités journalières (+4% en 2014 contre -0,7% en 2013).

En outre, les dépenses de soins de médecine générale ont augmenté de 3% (contre 2,8% en 2013), en raison notamment de "versements plus importants" qu'en 2013 au titre de la rémunération sur objectif de santé publique ou de la majoration de la consultation pour les personnes âgées. Mais "les remboursements des seules consultations" chez le généraliste ont, elles, baissé de 1,3%, souligne la Cnam.

Pour les soins dentaires, la hausse reste modérée (+0,8% contre 0,6% en 2013), comme pour les transports sanitaires (+3,5% après +6,4% en 2013). Les versements aux hôpitaux et cliniques ont crû de 2,8% (contre 1,5% en 2013). La loi pour le financement de la sécurité sociale votée en 2013 a fixé un objectif national de dépenses de l'assurance maladie (Ondam) pour l'ensemble des régimes à 178,3 milliards d'euros en 2014. Cet objectif devrait être respecté, indique-t-on au ministère de la santé.

D. L. avec AFP