BFM Business

Les colorations pour cheveux provoquent des allergies respiratoires et cutanées graves

-

- - MIGUEL MEDINA / AFP

L’Agence nationale de la sécurité sanitaire a publié ce mercredi les résultats de ses travaux sur les colorations pour cheveux, qui attestent de la présence de substances toxiques dangereuses pour la santé des coiffeurs et des consommateurs.

L’Agence nationale de sécurité sanitaire, de l’alimentation, de l’environnement et du travail s’est penchée sur les colorations pour cheveux. Et ses conclusions publiées ce mercredi sont alarmantes.

Ces produits contiendraient des substances toxiques susceptibles de déclencher de l’asthme chez les professionnels de la coiffure, mais pas seulement. Les consommateurs, qu’ils se rendent en salon ou qu’ils s’appliquent leur couleur à la maison, mettent également leur santé en danger.

En cause, des substances au nom barbare : les persulfates d’ammonium, de potassium et de sodium. Ces ingrédients sont utilisés dans les colorations pour leurs propriétés oxydantes. Ils décolorent le cheveu pour que la nouvelle couleur puisse prendre. Or selon les travaux de l’Anses, ces substances provoquent des allergies respiratoires et cutanées graves.

2e cause d'asthme pour les coiffeurs

Ces persulfates représentent ainsi le 2e facteur d’asthme chez les professionnels de la coiffure, juste après les "quats", d’autres substances toxiques cette fois présentes en masse dans les shampoings, (et aussi les produits ménagers et le dentifrice).

L’Anses indique ainsi qu’entre 2001 et 2015, plus de 1000 maladies professionnelles liées au persulfates ont été recensées en France. Des cas d’asthmes, mais aussi de dermatites allergiques, de rhinites, d’urticaires, de chocs anaphylactiques et de différentes pathologies respiratoires. L’agence explique aussi que ses équivalentes anglaise, néerlandaise, allemande, suisse, autrichienne et danoises ont constaté le même phénomène sur leur sol.

En conséquence, l’Agence sanitaire recommande aux fabricants des produits capillaires incriminés de "restreindre dans les meilleurs délais l’usage des persulfates". Sont concernés des produits de décoloration capillaire sous forme de poudre à mélanger dans un liquide, de granules, de crème ou de liquide prêts à l’emploi.

Nina Godart