BFM Business

Lego veut moderniser son image grâce aux femmes de la Nasa

Le set de figurines de Lego sera commercialisé en 2018

Le set de figurines de Lego sera commercialisé en 2018 - Lego

Le fabricant de jouets danois va commercialiser un set de cinq figurines rendant hommage aux ingénieures et astronautes de l'agence spatiale américaine. Ce qui doit permettre à la célèbre marque d'améliorer une image parfois qualifiée de sexiste.

Un petit pas pour Lego, un pas de géant pour les femmes scientifiques... L'entreprise danoise s'apprête à lancer une nouvelle gamme de figurines "femmes de la Nasa", à l'effigie des héroïnes qui ont marqué l'histoire de l'agence spatiale américaine.

L'idée de mettre à l'honneur des scientifiques et astronautes de la Nasa avait été soumise au géant des petites briques de construction par Maia Weinstock, journaliste au MIT News.

"Les femmes ont joué un rôle essentiel tout au long de l'histoire du programme spatial américain. Pourtant, leurs contributions sont souvent inconnues ou sous-estimées", a-t-elle écrit dans sa proposition qui a franchi le seuil des 10.000 soutiens nécessaires pour être examinée par Lego.

Lego critiqué

Les figurines qui seront disponibles à la vente d'ici 2018 représentent cinq grandes dames de la Nasa: Sally Ride, la première femme américaine à être allée dans l'espace, en 1983, Mae Jemison la première Afro-Américaine dans l'espace, en 1992, Nancy Grace Roman qui a été à l'origine du célèbre télescope Hubble, l'informaticienne Margaret Hamilton qui a développé les systèmes de navigation des missions Apollo dans les années 1960 et 1970, et la mathématicienne Katherine Johnson qui a calculé les trajectoires d'Apollo 11 jusqu'à la lune.

Ces dernières années, Lego avait plusieurs fois été accusé de véhiculer une image stéréotypée des femmes. Sa gamme "Lego Friends", lancée en 2012 et destinée avant tout aux petites filles, avait essuyé de nombreuses critiques. La gamme était dominée par du rose et du pastel, et les jeunes femmes Lego ne travaillaient pas mais cuisinaient, promenaient leur chien, ou passaient du temps dans les salons de beauté. Surtout, les jouets étaient tout faits, contrairement à la tradition qui veut que les enfants assemblent eux-mêmes leurs Lego. Une pétition avait été déposée sur change.org par l'association féministe SPARK Movement pour protester contre ces jouets qui sous-entendaient que les petites filles étaient incapables de construire des Lego comme leurs homologues masculins. Elle avait recueilli près de 70.000 signatures.

La lettre d'une petite fille

En 2014, une petite fille de sept ans, Charlotte, avait écrit une lettre à l'entreprise danoise pour expliquer qu'elle "[adorait] les Lego mais [n'aimait] pas le fait qu'il y ait plus de garçons Lego que de filles Lego". Plus loin, elle affirmait être allé dans un magasin de jouets, au rayon Lego et avoir constaté que "tous ce que faisaient les Lego filles étaient de s'asseoir à la maison, aller à la plage et faire les boutiques. Elles n'avaient aucun métier alors que les garçons, eux partaient à l'aventure, sauvaient des vies, avaient des emplois et nageaient même avec des requins".

En réponse à cette lettre dont le contenu avait fait le tour du web, Lego avait commercialisé une gamme baptisée "Institut de recherches" mettant en scène trois femmes scientifiques: une paléontologiste, une astronome et une chimiste. Le set avait connu un grand succès commercial.

Julien Marion avec AFP