BFM Business

Leclerc explique pourquoi il n'y a plus de Coca en magasin et en appelle à la justice

-

- - BFM Business

Michel-Edouard Leclerc dénonce une hausse de prix masqué du Coca-Cola qui refuse de le livrer depuis quelques jours. L'enseigne a saisi le tribunal de commerce.

Plus de Coca-Cola dans la plupart des Leclerc de France. Une pénurie inédite dans l'histoire de l'enseigne. La cause? Une mésentente sur les prix. "Coca-Cola est arrivé avec des hausses inacceptables, que l’enseigne n’a jamais acceptées. Coca-Cola a décidé de ne plus nous livrer", explique sous couvert d'anonymat dans LSA le directeur d'un centre Leclerc. 

Sur son blog Michel-Edouard Leclerc confirme le différend. Si en préambule, le patron des centres Leclerc assure qu'il "aime les produits de Coca-Cola" et qu'il ne faut "pas compter sur lui pour les dénigrer", il dénonce en revanche les pratiques de l'entreprise en matière de prix. Selon lui, le fabricant américain voudrait faire passer des hausses de prix inacceptables que rien ne justifierait et ce alors que le cours du sucre a baissé de 30% en un an. 

Mais surtout, Coca voudrait selon lui faire passer une deuxième hausse de prix, masquée cette fois, en réduisant la taille de ses emballages sans en réduire d'autant le prix. 

"Entre temps, on apprenait que Coca réduira la taille de ses bouteilles à partir de cet été. La bouteille de 1,5L passera ainsi à 1,25L, la bouteille de 2L à 1,75L... Le tout, sans baisse de prix !", explique Michel-Edouard Leclerc.

L'inflation masquée de Coca

Cela s'appelle l'inflation masquée et elle concerne de nombreux produits de grande consommation. Mais lorsqu'il s'agit du Coca-Cola, produit phare du rayon des boisson, cela se voit immédiatement.

Leclerc et Coca ne se sont ainsi pas mis d'accord à la fin des négociations le 1er mars et le fabricant américain a cessé de livrer l'enseigne. Ce qui semble logique en l'absence d'accord sur les prix. 

Leclerc a décidé de porter l'affaire devant le tribunal de commerce car selon lui "Coca semble vouloir piétiner le contrat qui le lie à l'enseigne et ne pas respecter la période de préavis pour rupture des relations commerciales." 

Du côté de Coca-Cola en revanche c'est un quasi silence radio. Le groupe se bornant à confirmer qu'il "n’a pas trouvé d’accord avec Leclerc". 

En attendant, certains magasins Leclerc ont déjà commencé à se fournir à l'étranger. Du Coca-Cola avec des étiquettes en espagnol ou en polonais ont fait leur apparition en rayon. Ce qui semble ne pas faire plaisir aux consommateurs.

Frédéric Bianchi
https://twitter.com/FredericBianchi Frédéric Bianchi Journaliste BFM Éco