BFM Business

Le lait c’est de la vache, pas du soja

La boisson fabriquée à partir du soja ne peut pas être appelée lait.

La boisson fabriquée à partir du soja ne peut pas être appelée lait. - Rawpixel- CC

Plus d'un tiers des Français pensent qu'il y a du lait dans les boissons végétales à base de soja, de riz ou d'amande, selon une étude de la filière laitière. Une méconnaissance du produit qui peut avoir des conséquences sur la santé: près d'un Français sur cinq déclare que ces boissons conviennent aux nourrissons alors qu'elles peuvent entraîner de graves carences.

Les produits végétariens et vegans sont de plus en plus présents dans les rayons des magasins, et les Français ne savent pas toujours ce qu'ils achètent. Ainsi, la confusion règne autour des boissons végétales. Même si le packaging indique boisson au riz, à l'avoine, ou encore au soja, dans l'esprit du consommateur, il s'agit de lait. Près d’1 Français sur 3 pense ainsi que les boissons ou desserts végétaux contiennent du lait, selon une étude réalisée par Audirep pour le Centre National Interprofessionnel de l'Economie Laitière (Cniel).

Ils sont aussi plus de 6 sur 10 à penser que ces boissons végétales peuvent remplacer le lait de vache. Plus inquiétant, 1 Français sur 5 ne voit pas d'inconvénient à donner ces boissons aux nourrissons, alors que cela présente des risques pour leur santé en provoquant des carences. Le taux grimpe même à un sur cinq parmi les consommateurs adeptes des laits végétaux.

Pour le Cniel, "les fabricants de boissons végétales s’appliquent à les faire entrer dans l’espace occupé par le lait, en empruntant ses codes de communication et des emballages similaires. Ils insistent sur les usages substitutifs au lait que l’on peut faire de ces boissons et tâchent de les inscrire dans les mêmes contextes de consommation". Dans le même temps, la filière laitière doit faire face à une défiance de plus en plus grande des consommateurs sur les conditions d'élevage des animaux, ses conséquences sur l'environnement, ainsi qu'une remise en cause des qualités nutritionnelles du lait.

Les steaks et saucisses réservés aux produits carnés

Or "n'est pas lait qui veut", martèle la filière laitière, qui rappelle la réglementation en matière de dénomination afin de mettre fin aux amalgames et aux idées reçues qui règnent dans l'esprit des consommateurs. La Cour de Justice de l’Union européenne a rappelé le 14 juin 2017 dans un arrêt que les dénominations "lait" et "produits laitiers" étaient exclusivement réservées aux produits d’origine animale. Seules exceptions le lait d'amande et le lait de coco.

La filière laitière n'est pas la seule à subir une utilisation abusive de son vocabulaire. Les professionnels de la viande ont eux aussi connu la même situation, avec le développement des steaks et saucisses composés uniquement de matière végétale. Autant d'appellations que les députés ont décidé d'interdire en ajoutant un amendement au projet de loi agriculture et alimentation, adopté en mai dernier, et au programme du Sénat à partir du 28 juin.

C.C.